Microsoft met à  la disposition des étudiants une plateforme de formation en ligne

La multinationale a annoncé le renforcement de sa coopération avec le ministère de l’enseignement supérieur. Elle a organisé son premier Higher Education Summit au Maroc.

Comment améliorer la qualité de l’enseignement grâce à l’utilisation des nouvelles technologies ? Tel était l’un des principaux thèmes abordés lors de la première édition du «Higher Education Summit» organisé par Microsoft, le 23 mai, à Rabat. L’objectif de cette rencontre est de valoriser le partenariat entre Microsoft et le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique et d’«échanger sur les perspectives de la montée en puissance des technologies de l’information dans le secteur de l’éducation».

Selon Samir Benmakhlouf, son directeur général, Microsoft Maroc est «aujourd’hui en mesure de mettre à la disposition des universités du pays les mêmes outils et technologies utilisés par les plus prestigieux établissements internationaux». L’objectif de l’entreprise, dit-il, est de réduire l’écart technologique entre le Maroc et les pays développés, afin de donner aux étudiants les armes nécessaires pour être compétitifs sur le marché de l’emploi, à l’échelle nationale et internationale.

Lors de cet évènement, Microsoft a annoncé la mise en place de la Microsoft IT Academy au sein des établissements d’enseignement supérieur marocains. Cette solution technique permettra aux enseignants et aux étudiants d’avoir accès à une plateforme de formation en ligne. Le Higher Education Summit a également vu le lancement d’autres initiatives, dont notamment la certification Microsoft Technology Associate (MTA) qui aide les étudiants à explorer des carrières en informatique et à préparer des études de haut niveau. D’autres programmes tels que l’incubation des start-ups au sein des universités, des programmes de recherche et développement ainsi que la mise en place des technologies du Cloud Computing, dont Office 365 et Windows Azure, sont prévus pour accompagner les universités.