Même dans une multinationale il y a les chouchous du boss… et les autres !

J’ai été éduquée dans une famille où nous cultivons la «méritocratie», le goût de l’effort et l’honnêteté sans faille. Et quand j’ai débarqué dans cette multinationale j’étais convaincue que j’allais y trouver les mêmes valeurs, loin de celles des «moul chkara» que tout profil comme le mien fuit.
Mais voilà , il se trouve que j’ai eu la malchance de tomber sur un boss qui, lui, doit vivre au Moyen-à¢ge : il est totalement injuste, charge de travail des gens comme moi pendant qu’il «ménage» ses chouchous et je ne vous parle pas des «voyages d’affaires sympas» et encore moins des primes !
L’année dernière, j’ai reçu près de 40% de moins qu’un collègue qui fait 50% de moins de travail que moi ! Cette fois-ci, PAS QUESTION de laisser passer ça !
F.I.- Casablanca

Le fait que vous travaillez dans une «multinationale» ne vous garantit pas à 100% une certaine conduite des affaires, ce sont des hommes et des femmes qui y travaillent, des personnes bien humaines, n’est-ce pas ?
Calmez-vous
Vous semblez bien énervée et nous le savons tous, il ne ressort rien de bon quand nous perdons le contrôle de nos émotions… Une personne qui vivait la même chose que vous et qui avait «patienté» depuis des années a un jour complètement perdu le contrôle, et, lors d’une réunion, a dit exactement ce qu’elle pensait à son boss (en présence de ses collaborateurs et d’autres managers). Même si elle avait raison, c’est elle qui a payé le prix de la VERITE… car, en entreprise, il existe un «code de conduite, qui n’est pas écrit ni présent dans aucune brochure mais il est là.  Lorsqu’une personne brûle un feu rouge, c’est bien souvent le retrait de permis définitif…Si votre manager a tort, vous seriez également dans l’erreur si vous communiquez de manière trop violente votre désarroi…
Alors, on se calme, on relativise et on se sépare de certaines «croyances naïves» qui vous ont amené notamment à croire qu’une structure «à la multinationale» allait vous protéger contre de telles pratiques. En réalité, la seule personne à même de jouer ce rôle c’est vous-même ! Dans votre manière d’accepter ou non certaines choses, dans votre attitude, dans vos résultats (êtes-vous sûr de leur qualité ?) et dans votre habilité à gérer la mauvaise foi et l’iniquité…c’est aussi ça le travail !
Les procédures
Les procédures sont et DOIVENT être les garantes de l’équité en entreprise.Alors peut être que concernant la charge de travail vous aurez du mal à convaincre votre boss-d’être un peu plus équitable (en même temps c’est une reconnaissance implicite de vos compétences, n’est-ce pas ?). Mais au sujet de votre rétribution, vous avez sans doute une carte à jouer. Pour cela vous devrez BETONNER votre entretien d’évaluation et connaître mieux que votre manager les procédures en la matière. Préparez, argumentez et si besoin, demander l’arbitrage (toujours dans le cadre des procédures internes) d’un supérieur à Dubaï ou ailleurs…
Battez-vous pour que l’on reconnaisse vos droits mais faites-le professionnellement et sans émotion : a fact is a fact !
Changer de Boss
Ce qu’il y a de bien avec les multinationales c’est que vu la taille de leur structure, il est toujours possible de demander une «mutation», et la DRH l’exige même parfois dans un process «mobile» de gestion de carrière.
Aussi, si vous voyez que vous n’y arriverez pas et que surtout vous faites du surplace avec ce chef en termes d’évolution de votre fonction, alors demandez tout simplement votre mutation… A mon avis, la DRH ne sera pas étonnée de votre requête, car même si elle ne vous l’avouera jamais elle doit avoir l’habitude de ce type de turnover dans l’équipe de ce manager. Soyez une nouvelle fois «hypocritopoli» : dites que vous souhaitez découvrir de nouveaux horizons, exploiter encore plus votre potentiel…et comme vos résultats sont excellents ils seront un excellent visa à n’en pas douter pour un job dans une «contrée» plus pro et équitable où vous vous garderez bien de copier votre ex-manager, n’est-ce pas ? n