«Marre de ces machos au boulot !»

Nous sommes une petite équipe de comptables et nous avons comme vous pouvez l’imaginer beaucoup de travail en cette période de l’année.

Et comme d’habitude, les «messieurs», eux, bossent moins que nous (les femmes) et se permettent même de nous «déléguer» des tâches qui, normalement, font partie de LEUR job !

C’est bizarre, alors que nous sommes tous au même niveau, et bien sûr, nous ne pouvons rien dire à notre responsable qui est… un homme !

Que me conseillez-vous ?

A.K.- Casablanca

La répartition des tâches.

Il y a ce qui est écrit dans les manuels de procédures et puis, il y a ce qui arrive dans la VRAIE vie au travail !

Au début, lorsque nous sommes recrutés, nous recevons un contrat de travail ainsi qu’un descriptif de poste pour compléter ce qui sera attendu de nous. Puis, au fil du temps, on s’aperçoit que des différences sensibles viennent remettre en question ce qui est «écrit». Et cela est NORMAL ! Cela a toujours été le cas. Car, en réalité, une fiche de poste qui serait valable «à vie» ne serait pas réaliste, compte tenu de tous les changements qui s’opèrent au sein d’une entreprise (nous devrions d’ailleurs prévoir une DLC pour ces fiches de postes, trop souvent obsolètes…). Mais il n’en reste pas moins qu’une personne doit s’assurer de l’équité dans cette répartition des tâches et cette personne c’est LE MANAGER !

Alors si le vôtre ne se préoccupe pas de cet aspect, il va vous falloir le sensibiliser à cette question avec doigté et mesure, car si vous abordez le sujet en remettant en question ses «talents» de manager vous vous verriez à coup sûr émettre une fin de non-recevoir.

Il vaut mieux lui rappeler qu’un travail de qualité ne peut se faire dans une logique de quantité exagérée et montrez-lui pour preuve votre to do list détaillée. Mais si vous ne voyez pas d’amélioration, alors  CONCENTREZ-VOUS SUR VOTRE CHAMP D’ACTION !

Et si c’était de votre faute ?

«Nous sommes les architectes de notre propre vie», et nous n’avançons jamais aussi bien que lorsque nous sortons de notre statut de victimes pour passer à celui d’adultes prenant notre part de responsabilité dans un dysfonctionnement.

Or, dans ce cas, vous avez probablement votre PART de responsabilité, héritage ancestrale du rôle de la fille, sœur, femme, etc., qui veut que nous soyons au «service» de la famille et qui rejaillit plus souvent qu’on ne le croit dans notre rôle de «femme au travail»

Aussi, apprenez d’abord à dire non, n’ayez pas honte de refuser de faire quelque chose si vous êtes intimement convaincue que cela n’est pas juste. Faites-le avec fermeté mais sans colère (qui arrive le plus souvent lorsque nous avons justement TROP tardé à émettre ce fameux NON). Tant que vous ne formalisez pas clairement votre refus, vos collègues continueront à faire la sourde oreille et à appliquer leur «propre idée» de répartition de travail! Rappelez-vous : un macho ne peut exister que s’il a un PUBLIC  !!

Gagner la bataille sans faire la guerre

Il est primordial de ne pas entrer en conflit ouvert et agressif avec «ces messieurs», car il n’y a jamais rien de bon qui ressort de cela. Vous le savez, l’union fait la force, alors décidez entre «votre équipe de femmes» ce que vous allez TOUTES répondre et/ou agir la prochaine fois que l’on vous «déléguera» une tâche injustement. Vous verrez que ces «messieurs» finiront par comprendre qu’il est peut-être temps de remplir pleinement leur rôle dans l’entreprise comme… les femmes !

Excellente année à VOUS!n