Marché de l’emploi : Avis de Hicham Lakhmiri, DG d’Amaljob.com

« 2014 sera aussi tendue que l’année passée. »

De manière générale, le marché de l’emploi a été tendu en 2013 et je pense qu’il le sera également en 2014. La croissance estimée en 2014 tourne autour de 2,5 à 3% du PIB, ce qui aura forcément un impact négatif sur la création d’emplois.

N’oublions pas que les entreprises restent prudentes et ne recrutent généralement que pour des postes de remplacement.

A l’image du marché de l’emploi, notre activité a connu une baisse durant l’année dernière et nous pouvons constater d’ores et déjà que les métiers les plus demandés restent ceux liés à la fonction commerciale: responsable commercial, vendeur terrain, chef de vente, chargé d’affaires ou ceux liés à la finance.

La demande émane de tous les secteurs et porte sur tous les postes. Dans l’ensemble, cette fonction reste en tête en matière de recrutement.

Les candidats recherchés doivent au moins être titulaires d’un bac +2 ou plus, selon les postes, et bénéficier d’une expérience de plus de deux ans.

Par secteur, les services créent visiblement davantage d’emplois, mais je dirais qu’il n’existe pas de secteurs plus dynamiques que d’autres. Tout est question d’organisation. Les entreprises les plus structurées sont celles qui ont compris l’enjeu de compétitivité. Pour cela, elles n’hésitent pas à recruter, mais, surtout, à être plus attractives. Ceci dit, nous sentons une légère reprise dans la logistique, l’offshoring ou encore les technologies d’informations.

Ce dernier secteur qui a subi la crise durant ces deux dernières années semble reprendre rapidement.

La recherche est toujours accentuée sur les profils pointus et expérimentés. Si la demande concerne principalement les ingénieurs informaticiens et les ingénieurs télécoms, il n’en demeure pas moins que d’autres profils plus pointus intéressent les entreprises.

Parmi les entreprises utilisatrices on trouve notamment les banques, les multinationales comme les PME. Elles ont toutes besoin d’informatique et donc de personnes compétentes dans ce domaine : administratifs, ingénieurs, techniciens. On trouve aussi dans cette catégorie très vaste d’entreprises, les cabinets d’études techniques, les organismes de recherche, les administrations,…

Le web est aussi un gros créateur d’emplois à surveiller. Aujourd’hui, le secteur recrute beaucoup de profils, surtout des webmestres et des infographistes. En ce qui concerne la logistique, le secteur connaîtra une bonne perspective. Toutefois, les bons profils sont difficilement trouvables. Les formations menant à ce domaine doivent répondre réellement aux besoins des entreprises.

Par contre, dans les centres d’appel, nous constatons une stabilisation des effectifs. Là aussi, il y a un double constat : d’un côté, les centres d’appel souffrent d’un manque de ressources qualifiées, et, de l’autre, le secteur jouit d’une mauvaise image auprès des jeunes.

Du coup, on assiste à une délocalisation de ces centres d’appel vers l’Afrique subsaharienne.