Manpower décortique l’emploi des seniors dans le monde

Seuls 14% des employeurs dans le monde indiquent avoir mis en place des actions
spécifiques pour recruter des seniors

On déplore une perte potentielle d’expertise
suite aux éventuels départs à  la retraite.

Malgré des pénuries de talents qui vont s’intensifier avec le vieillissement de la population, la dernière étude de Manpower menée dans 25 pays et territoires révèle que peu d’employeurs ont développé des mesures pour recruter des seniors ou les maintenir dans l’emploi.

La situation en terme de pénurie de talents est en effet sensible dans la mesure o๠une précédente étude menée par Manpower en janvier 2007 indiquait que 40% des employeurs français étaient d’ores et déjà  confrontés à  des difficultés de recrutement faute de candidats qualifiés.
Comme le souligne Jeffrey A. Joerres, président de Manpower Inc., «bon nombre d’employeurs dans le monde ne considèrent pas la nécessité de planifier les départs à  la retraite qui vont survenir dans les 5 à  10 prochaines années et n’anticipent pas la perte potentielle de compétences et d’expertises que cela va entraà®ner pour leur société».

Une tendance mondiale qui cache des disparités entre continents
En effet, à  l’échelle mondiale, seuls 14% des employeurs interrogés indiquent avoir mis en Å“uvre des dispositifs spécifiques pour recruter des seniors. Les pays dans lesquels les employeurs déclarent appliquer des stratégies dédiées sont Singapour (48%), Hong Kong (24%) et l’Australie (21%).
A l’inverse, les employeurs les moins actifs sur cette question se retrouvent dans des pays européens – Suède (4%), France (6%), Norvège (6%), Espagne (6%) -, mais aussi à  Taà¯wan (8%).
En ce qui concerne la mise en place de mesures pour maintenir les seniors dans l’emploi, seuls 21 % des employeurs déclarent en avoir initiées. De telles actions prévalent au Japon (83 %), à  Singapour (53%), en Amérique du Sud (34%) et en Nouvelle Zélande (33%).
A l’inverse, les employeurs en Italie (6%), Espagne (6%), Taà¯wan (8%), France (8%) et Suède (8%) enregistrent les plus faibles résultats.

Une grande part des disparités entre les pays peut être mise en corrélation avec le profil démographique de leur population active et l’entrée en vigueur de dispositifs législatifs visant à  soutenir le taux d’activité des seniors.
Ainsi, le Japon, qui s’illustre tout particulièrement dans cette étude par un management actif des seniors dans l’entreprise, est d’ores et déjà  entré dans une phase critique du vieillissement de sa population active. En effet, près d’un million de salariés japonais seront en âge de quitter la vie active dans les trois prochaines années.
Les résultats de l’étude de Manpower sont accompagnés d’un livre blanc : A New Agenda for an Older Workforce. Ce document met en exergue le vieillissement alarmant de la population active à  travers le monde, la menace qu’il représente en termes de pertes de compétences dans l’entreprise et propose des pistes d’action pour initier un nouveau management des seniors et circonscrire les futures pénuries de talents.