Manager par consensus : Avis de Ahmed El Meslouti, Consultant RH

Il faut des compromis pour la cohésion de l’équipe, mais pas sur tous les dossiers.

En tant qu’ancien DRH, j’ai été amené à vivre une situation de crise qui a abouti malheureusement à un plan social.

Dans ces situations troublantes, il ne faut pas oublier qu’il existe deux types de changement. Celui qu’on veut et celui qu’on subit. Les entreprises qui arrivent à persévérer sont celles qui sont dans le premier mode.

Deuxième point important, celui de la communication. Cela ne veut pas dire qu’il faut tenir des discours alarmistes à tout bout de champ, mais plutôt être dans une logique de cohésion d’équipe.

Il fallait parfois faire des concessions, trouver des compromis… car tout processus consensuel suppose tout d’abord le partage d’informations, même si parfois les décisions sont actées à la base.

Le véritable consensus nous oblige à nous engager dans un processus de dialogue et de coopération avec les autres, et ce, pour nous permettre d’éviter de tomber dans le piège classique de «la poire coupée en deux» qui nous laisse imaginer que cette attitude et cette solution nous permettront de satisfaire tout le monde. Et pourtant, quand on y réfléchit de plus près, la solution confortable de «la poire coupée en deux» ne satisfait personne et ne crée à terme que malentendus et frustrations.

Le manager qui veut privilégier la coopération et le consensus dans ses rapports doit veiller au respect de plusieurs principes, notamment la transparence, sans céder à la pression n