L’UIC dresse un bilan positif et lance une nouvelle filière de commerce

L’Université internationale de Casablanca lance à  partir de la rentrée académique 2013/2014 un Parcours Grande Ecole de commerce international (BAC+5). Le coût
de la formation s’élève à  65 000 DH par an.

L’Université internationale de Casablanca lance à partir de la rentrée académique 2013/2014 un Parcours Grande Ecole de commerce international (BAC+5). Adossée à l’Ecole supérieure de commerce extérieur de Paris (ESCE), membre de la Conférence des Grandes écoles, cette nouvelle filière vise la formation de cadres opérationnels en import-export. Elle offre entre autres des semestres d’échange avec l’ESCE sans frais, un double diplôme possible Grade Master de l’ESCE, des cours en anglais à partir de la 4e année dans la spécialité choisie ainsi que des stages obligatoires chaque année dont un à l’étranger.

La filière offre six options, notamment le marketing et communication, supply chain management, finance internationale, international people management, management et entreprenariat et enfin comptabilité contrôle et audit. Le coût de la formation s’élève à 65 000 DH par an.

Un bilan riche au terme de trois années d’existence

Lors d’une présentation de la nouvelle filière, le premier bilan des trois années d’existence de l’Université a été dressé. Quatre axes majeurs sont retenus de ce bilan. Le premier concerne l’offre académique où l’UIC dispose actuellement de 17 filières accréditées ou en cours d’accréditation. Elle dispose également de plus de 70 partenariats académiques nationaux et internationaux. L’UIC participe à un Consortium international de recherche en sciences de l’éducation et annonce la création d’un laboratoire de recherche en sciences de gestion d’ici la fin de l’année.
Le deuxième axe concerne l’ouverture internationale à travers les échanges d’étudiants et d’enseignants (15% des étudiants partent un semestre à l’étranger). Le groupe Laureate offre également des bourses d’études pour que les étudiants méritants puissent poursuivre leur spécialisation à l’étranger.
Les deux derniers axes concernent l’accès des étudiants au monde professionnel à travers la mise en place de partenariats avec les entreprises et les associations professionnelles et enfin le développement des activités estudiantines à travers la mise en place d’actions humanitaires (SOS Village, Association Amal…).