L’intérêt de la fonction est mieux perçu dans la grande entreprise

Aisance relationnelle, maturité, capacité d’écoute, sens de l’initiative et maîtrise de l’arabe sont des qualités requises pour un responsable de communication interne.
Pour la majorité des responsables, le salaire net ne dépasse
pas 12 000 DH.

Meriem El Kerzazi Responsable recrutement chez Diorh.
«Le poste exige une grande discrétion ainsi que la maîtrise de l’arabe dialectal et classique».

Diplomatie, charisme, capacité d’écoute et de compte-rendu, sens du contact, bonne expression, le responsable de communication interne peut jouer un rôle important dans la circulation des informations au sein de l’entreprise. Enfin, s’il a tous les moyens nécessaires et l’adhésion de la direction générale. Explications avec Meryem El Kerzazi, responsable recrutement au cabinet Diorh.

La Vie éco : La communication interne est l’une des fonctions qui a du mal à s’imposer, pourquoi ?
Meriem El Kerzazi : Il est vrai que les entreprises, de manière générale, ne donnent pas encore une grande importance à cette fonction. On le constate d’ailleurs au niveau du recrutement : l’offre et la demande restent encore timides dans ce domaine. Aujourd’hui, l’intérêt est mieux perçu par les grandes entreprises, même si parfois des PME s’y mettent. Dans les grandes entreprises, la fonction a toute son importance car leur principal souci est de communiquer sur les projets, les réalisations… Elle permet de mettre les salariés au courant des événements importants qui marquent la vie de leur entreprise et à décloisonner les différents services. Par la communication interne, le patron vise aussi à motiver et à améliorer la cohésion de ses collaborateurs.

Qu’attend-on réellement d’un responsable de «com’» interne ?
Son rôle consiste à servir de courroie de transmission entre les différents services, mais surtout entre la direction et les salariés, et vice-versa. Autant dire que sa mission est des plus délicates ! Ses actions : faire connaître l’entreprise et ses produits ou services à tous les salariés, couvrir toute l’actualité de l’entreprise, et s’occuper de la communication sociale. La communication interne permet une bonne transparence, une baisse des rumeurs… Le responsable est souvent rattaché soit au directeur de la communication, soit à la direction générale, soit à la direction des ressources humaines. Il ne faut pas oublier qu’une telle fonction requiert une expertise très pointue en matière de développement du contenu du site internet, de journaux internes et de revues. Le responsable com’ interne doit aussi savoir organiser des conventions des cadres, des séminaires…

Quelles sont les autres compétences ou qualités requises ?
On peut citer l’aisance relationnelle, la maturité, la capacité d’écoute et de compte-rendu, ainsi qu’un sens développé de l’initiative. La fonction exige également une grande discrétion dans la mesure où il faut savoir relayer l’information de la bonne manière. Enfin, une bonne expression orale et écrite est nécessaire pour s’imposer. Aujourd’hui, on demande souvent à ce que ces responsables maîtrisent l’arabe classique ou dialectal pour mieux faire passer des messages en interne.

Quelles sont les pratiques salariales de la place ?
A ce titre, il n’y a pas forcément de cohérence ! Tout dépend de l’entreprise et de l’expérience du candidat. A titre d’exemple, le salaire moyen d’un responsable d’une grande entreprise doté de 5 à 8 ans d’expérience peut aller jusqu’à 15 000 DH, voire plus. Sinon, il ne dépasse guère les 12 000 DH nets dans la majorité des cas.

Avis d’expert
«L’autonomie du responsable com’ interne est limitée à  l’information officielle»

Amine Jamai Directeur associé de Valoris Conseil.

On se pose souvent la question de savoir si la communication interne doit être rattachée à la direction marketing/communication ou à la DRH. Le débat est stérile car, de toutes les façons, elle reste souvent la chasse gardée du directeur général de l’entreprise. Et pour cause, les informations transmises en interne ne sont jamais «neutres», et peuvent comporter des indications sensibles qui pourraient être servies sur un plateau à la concurrence. Ces informations pourraient être sorties de leur contexte et être interprétées abusivement, déclenchant l’ire des collaborateurs… La personne en charge de la communication interne est souvent limitée à la mise en forme du message et la gestion de la logistique, du support et de sa diffusion. Elle est autonome pour véhiculer l’information «ouverte», celle qui est officielle, portant sur les changements organisationnels, sur les produits et la vie des services et de leurs collaborateurs. Mais pour le reste…on ne peut pas tout dire aux collaborateurs! Imaginez l’impact d’une stratégie marketing d’envergure communiquée en interne, qui serait censée prendre de court la concurrence…Il va de soit que tous les collaborateurs de l’entreprise ne sont pas assez matures ou conscients des enjeux, lorsqu’il s’agit de ne pas éventer des projets confidentiels…

Concernant les outils, les réunions restent incontournables lorsqu’il s’agit de communiquer une information précise à un petit groupe de collaborateurs. Mais à grande échelle, l’intranet reste aujourd’hui le meilleur moyen, en particulier dans les grandes entreprises. L’intranet est utilisé par plus de 85% des grandes entreprises mondiales, faisant fi de tous les problèmes logistiques, temporels ou de convivialité qui freinent les autres supports. L’intranet permet aussi de créer des communautés d’usagers à l’entreprise pour lesquelles les informations qui ont le plus d’intérêt, selon leurs critères socioprofessionnels, sont mises en avant. Ce média a toutefois ses limites, qui sont l’inaccessibilité des employés ne disposant pas d’outils informatiques, ou analphabètes. Pour ceux-là, d’autres médias devront véhiculer les annonces intranet, via l’encadrement, l’affichage ou encore la mise en place de bornes interactives en self-service. Quant au journal interne, il est abusivement devenu un outil de communication externe destiné à soigner l’image de l’entreprise embellissant souvent l’intérieur de l’entreprise, et perdant de ce fait son attrait en interne…