L’INPT a formé plus de 2 200 ingénieurs d’Etat depuis sa création

La promotion 2015 est constituée de 223 lauréats dont 9 de nationalité étrangère. Elle est l’avant- dernière promotion mono-filière de l’institut.

Les lauréats de la 22e promotion de l’Institut national des postes et télécommunication (INPT) ont reçu leurs diplômes. La cérémonie s’est déroulée le 21 juillet au club socio-sportif de Bank Al-Maghrib, à Rabat. Cette 22e promotion est constituée de 223 lauréats dont 9 de nationalité étrangère et 83 filles. Ces jeunes ingénieurs ont suivi huit filières : Réseaux, Systèmes et Services (RSS), Génie logiciel et Management des systèmes d’information (GLMSI),  Ingénierie des réseaux mobiles (IRM),  Management des télécoms d’entreprise (MTE), Ingénierie des systèmes télécoms (IST), Système d’information pour le management (SIM),  Ingénierie des systèmes multimédias (ISM) et Mobilité internationale.

Parmi eux, 51 ont pris des options dans des écoles d’ingénieurs étrangères et 12 auront une double diplômation suite au programme de mobilité internationale. Toute cette promotion a la possibilité de postuler pour le Centre d’études doctorales en télécoms et technologies de l’information (CEDOC 2TI) de l’INPT, qui a ouvert ses portes en 2012. Ce centre d’études doctorales, spécialement dédiée à la R&D, est adossé au laboratoire de recherche en systèmes de télécommunication, réseaux et services (STRS).      

L’INPT veut devenir une green Institute

Selon le directeur de l’institut, Bedreddine Benameur, «l’INPT a placé l’innovation pédagogique au cœur de la formation d’ingénieurs». Pour sa part, Lahcen Daoudi, ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, estime que «la formation d’un ingénieur coûte à l’Etat près de 600 000 DH. L’ingénieur formé doit donc rendre la pareille à son pays». Le ministre a également incité les lauréats à poursuivre leurs études jusqu’au doctorat, en mettant l’accent sur le fait que «le Maroc a besoin d’ingénieurs hautement qualifiés, notamment dans un certain nombre de nouvelles spécialités aujourd’hui très recherchées, telles que l’Internet des objets, les Terres Rares et le Big Data». Il convient de signaler que cette 22e promotion est l’avant-dernière promotion mono-filière de l’institut. C’est ainsi qu’à partir de 2017, les lauréats de l’INPT seront spécialisés en Ingénierie informatique et Ingénierie en management des technologies de l’information, en plus de la filière historique Ingénierie des télécoms.

Depuis sa création en 1961 jusqu’à aujourd’hui, l’INPT a formé plus de 2 200 ingénieurs d’Etat. Parmi les projets figurent un master en cyber-sécurité en cours de lancement et un cursus autour de l’économie numérique. A cela s’ajoute un master délocalisé en gestion des télécoms, en partenariat avec l’ESIEE Paris, à l’étude pour une double accréditation par la Conférence des grandes écoles ESIEE-INPT. Enfin, l’INPT œuvre à devenir une Green Institute et faire partie du réseau mondial GUPES (Global Universities Partnership on Environment and Sustainability) et du programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE).