Licenciement brutal : Questions à Jihane Labib, Coach certifiée PCC, DG du Laboratoire de Coaching ‘CoachingLab’ et Past Présidente d’ICF-Maroc

«La période de chômage est l’étape la plus lourde à gérer émotionnellement, financièrement et socialement».

La Vie éco : Avez-vous déjà  travaillé avec des personnes victimes d’un licenciement brutal ?

Etre contraint de quitter son emploi subitement engendre des situations difficiles et souvent dures à dépasser. Nous recevons différentes personnes, des femmes et des hommes, souvent ayant plus de 35/40 ans qui souhaitent trouver des réponses, qui veulent en parler et s’en sortir.

Comment agissent-ils dans ces situations délicates ? Arrivent-ils à rebondir rapidement?

Les personnes qui vivent ce genre d’expérience réagissent de différentes manières:

celles qui sont conscientes qu’il faut se faire aider pour dépasser cette situation et acceptent de se créer un nouveau départ ;

celles qui subissent cette situation, se considèrent comme victimes de leur ancien employeur ;

celles qui rentrent dans une colère extrême et veulent faire payer à tous, ce pourquoi elles doivent trouver un autre employeur, alors qu’il faut en moyenne 6 mois pour changer et trouver un nouvel emploi !

En général, une personne qui s’est retrouvée à l’improviste au chômage ne s’est pas préparée à se remettre en mode recherche. C’est-à-dire qu’elle devrait revoir son CV par rapport à la demande du marché, son expérience professionnelle, ce qu’elle souhaite exercer… Tout un ensemble de pré-requis à toute recherche d’emploi fructueuse. La période de chômage est l’étape la plus lourde à gérer émotionnellement, financièrement et socialement. La réaction face à ce vécu diffère selon la personnalité et la maturité psychologique de chacun, ce qui n’est pas corrélé à l’âge. Nous rencontrons des cadres seniors qui ont vécu péniblement cette condition.

Comment garder le moral ?

De nos jours et avec les contraintes économiques, le licenciement est une probabilité fortement possible.

La personne qui vit cette situation passe par un processus que nous appelons : «Processus de deuil».

Vivre le licenciement ou départ négocié invite l’individu à passer par ces différentes étapes.

Par conséquent, faire appel à un coach aide à prendre conscience de la phase par laquelle on passe, se positionner par rapport à son contexte, comprendre ses émotions, retrouver la confiance en soi et construire un nouveau départ.

Faut-il nécessairement solliciter les conseils d’un professionnel, d’un coach par exemple, pour améliorer ses chances de retrouver un emploi plus rapidement ?

Tout d’abord, je précise que le coach ne prodigue pas de conseil. Le coach accompagne le coaché en co-construisant la meilleure solution qui conviendrait à ce dernier, en fonction de ses ressources, de sa motivation et de sa détermination à atteindre son objectif.

Après le coaching de cadres ayant vécu une expérience de licenciement, j’ai remarqué des changements. La crainte et la peur du départ de rester sans emploi s’est transformée en une volonté de renouveler leur carrière professionnelle et de se donner de nouveaux caps à travers des projets personnels, souvent très innovants.

Parmi les témoignages de clients, le licenciement brutal a été une aubaine pour certains car ils n’avaient jamais eu le cran de quitter leur ancien employeur, mais aussi se lancer dans une aventure entreprenariale.