Licenciement : Avis de Jihane Labib, Executive Coach

Le licenciement est très souvent vécu comme un échec personnel.

Un licenciement est un accident de parcours qui peut arriver à tout un chacun. On peut le surmonter et rebondir très rapidement si on arrive à bien digérer les raisons. Il s’agit de faire un travail critique sur soi. Explications avec Jihane Labib, Executive Coach du cabinet Coachinglab.

Quels sont les premiers réflexes à adopter lorsqu’on se fait virer ?

Se faire remercier est un acte encore tabou en entreprise au Maroc, car il est vécu principalement comme un échec personnel. Il s’agit d’une rupture entre le collaborateur et l’entreprise, et cette séparation est vécue comme toutes les autres situations de la vie  telles que le divorce par exemple. La personne concernée se pose alors certaines questions : Pourquoi moi ? Qu’est-ce que je vais devenir ? Que diront les autres de moi ?  Un processus d’auto-flagellation peut commencer avec une remise en cause de sa personne, de ses compétences techniques et ses aptitudes professionnelles.

Est-il recommandé dans ces situations d’en parler à un spécialiste tel qu’un coach ou un conseiller RH ?

A l’étranger, le remerciement de collaborateurs est vécu différemment, la société met à la disposition des concernés des outplacements gérés par une entité externe (qui se définit comme un accompagnement à la recherche d’un nouvel emploi dans une autre entreprise).
Au Maroc, certaines entreprises sont dotées de cellules RH dédiées à l’écoute des collaborateurs qui peuvent servir à un espace de support aux salariés remerciés. Toutefois, nous recevons des demandes d’accompagnement à titre individuel. Nous proposons à ces personnes une démarche d’accompagnement dédiée aux savoir, savoir-faire et savoir-être professionnels (bilan de compétences, formation aux techniques de recherche d’emploi et formation aux entretiens).

Avez-vous affaire souvent à ce genre de cas ?

Tout à fait ! Ces situations concernent autant les expérimentés qui ont plus de 20 ans d’expérience que les jeunes qui viennent d’intégrer le marché de l’emploi. Il ne faut pas oublier que la capacité de rebondir pour un cadre plus jeune est beaucoup plus importante que pour un cadre moins jeune. Plus on avance dans l’âge, moins on a de chance de rebondir rapidement. Et donc, les problématiques sont différentes. Pour les seniors, cette situation représente une forte charge émotionnelle puisque souvent ils se sentent trahis par leur entreprise après plusieurs années de service. Nous accompagnons ces personnes dans le cadre d’une transition professionnelle.
Par contre, on constate que les plus jeunes arrivent à cette situation en raison de problèmes d’adaptation, d’ego et de relationnel. Le travail consiste également à les sensibiliser sur les aspects relationnels au sein de l’entreprise.
C’est pourquoi toute démarche d’accompagnement reste individuelle.
Le coaching permet de vivre le deuil causé par la perte d’emploi qui génère souvent des sentiments de colère, de frustration, d’échec ou de culpabilité. Le processus de deuil se fait en plusieurs étapes. On parle de la «courbe du changement» ou de la «courbe du deuil» qui est issue des travaux du Dr Elisabeth Kübler-Ross, psychiatre et psychologue suisse. Selon les personnes et le contexte, ces étapes sont vécues différemment et avec une intensité variable.
On y distingue deux grandes phases :

– Une phase qui s’accompagne d’une attitude négative et contre-productive, tournée vers le passé et le refus.

– Une phase avec une attitude productive et tournée vers le futur et le positif.  Les étapes du deuil sont le déni (refus de la situation de licenciement), la colère (rejet de la réalité), la peur (que m’arrivera-t-il sans ce travail ?), la tristesse (pourquoi moi ?), l’acceptation (retrouver confiance en soi, d’autres perspectives) et le pardon (tant mieux pour mon avenir).

En quoi le coaching peut-il être intéressant dans ces cas ?

Le coaching dans ces cas permet à l’individu de s’offrir la possibilité de transformer en opportunité ce qui, au premier abord, est vécu comme un échec ou un rejet.  Le coach aide la personne concernée à se recentrer sur ses besoins et ses valeurs en tenant compte de ses différents domaines de vie et lui donne l’opportunité de se projeter, de prendre conscience de son potentiel avant même d’envisager les choses sous l’angle de la technique et du savoir-faire.

Que faire alors si la recherche se prolonge ?

Le temps de recherche est fonction de la préparation de la personne à sa nouvelle vie, du sens qu’elle se donne et de sa vision de son avenir. Cela reste très variable. Tout dépend du degré d’employabilité des personnes. Certains mettent moins de temps que d’autres à rebondir. Ceci dit, sur le marché de l’emploi, une personne licenciée a moins de chance qu’une autre qui ne l’a pas été, même à compétences égales. Car un licenciement est toujours mal apprécié surtout pour un recruteur.  L’apport du coach à la personne coachée est justement le travail sur le processus qui permet de déclencher une prise de conscience chez le concerné sur ses besoins, attentes, potentiel et moyen pour œuvrer sur son changement. Au moment où la personne est prête, les nouvelles perspectives se déclenchent. Les expériences ont montré que la volonté et la motivation sont les ingrédients de base au rebondissement.