L’humour, un moyen de rapprocher les différents corps de l’entreprise

L’humour améliore l’ambiance au travail, un des principaux critères de fidélisation du personnel.
C’est un moyen efficace pour dédramatiser une situation.
Seules limites, l’ironie et la dérision qui dévalorisent l’autre et génèrent des sentiments négatifs.

L’entreprise est un monde sérieux, stressant mais qui peut parfois être amusant à condition que sa culture le permet. Pour beaucoup d’observateurs, l’humour en entreprise est un outil de management qui peut remplir plusieurs fonctions. Explications avec Mouhcine Ayouche, Dg du cabinet BMH Coach.

L’humour a-t-il sa place dans l’entreprise ? Comment ?  
Tout à fait ! L’entreprise est un corps social où l’humour a sa place. Il améliore l’ambiance au travail, un des principaux  critères de fidélisation du personnel. Les sociologues aiment souvent répéter que l’entreprise est un second lieu de sociabilité qui, de par son organisation classique, permet aux individus de développer un sociogramme (NDLR : un diagramme des liens sociaux qu’une personne possède) où l’humour va s’installer. Ainsi, on réalise qu’un travail sera de meilleure qualité lorsqu’il aura été fait avec plaisir plutôt que par obligation.

Quelles sont ses fonctions ?
L’humour remplit plusieurs fonctions. D’abord, il a une fonction sociale. Dans les pays anglo-saxons, on remarquera que dans les prises de parole en public, l’orateur commencera par une touche d’humour afin de détendre l’atmosphère. On met en avant son humanité, que l’on soit DG d’entreprise, chef d’Etat ou autre. La communication passe mieux entre individus et l’humour permet ainsi de casser les strates hiérarchiques. C’est en effet une façon de se rapprocher, de se mettre au même niveau que l’autre.
Deuxième fonction, il désamorce les tensions habituelles et normales dans un milieu de travail. Il permet aussi une distanciation par rapport aux situations complexes et de dédramatiser tout en exprimant réellement des problèmes, en posant des questions. Il y a un adage marocain qui dit que «trop de soucis font rire». Bref, il réduit la susceptibilité et l’agressivité entre collègues. Il contribue à une meilleure convivialité, à un esprit d’équipe plus affirmé, et induit une atmosphère plus légère et spontanée. Les échanges se passent de manière plus fluide et agréable.
Sur le plan psychologique, il permet d’exprimer les émotions. Chacun se sent plus à l’aise, détendu, moins anxieux, moins agressé par l’environnement.

Est-ce vraiment un outil de management ?

Tout à fait, puisqu’il permet de faire passer les messages, même les plus difficiles. Il faut savoir que l’humour est une attitude d’envisager les situations plus sereinement. Comme je l’ai souligné précédemment, il s’agit d’un moyen de désamorçage des situations tendues. L’usage de l’humour dépend aussi de la culture d’entreprise et des personnalités des managers.

Peut-on être sérieux sans se prendre au sérieux ?
Prendre son travail au sérieux n’est pas forcément se prendre au sérieux ! Etre sérieux est une forme de responsabilisation alors que le fait de se prendre au sérieux renvoie à une image de rigidité. C’est risqué parce que cette forme de rigidité peut menacer les relations entre individus.
Il faut savoir que l’autodérision est un excellent moyen qui permet d’être sérieux tout en ne se prenant pas au sérieux. Encore une fois, les Anglo-saxons sont forts dans ce domaine. Est-ce pour autant qu’ils perdent leur pouvoir ou statut ? Pas vraiment !

Quelles sont ses limites ?
Les seules limites ? L’ironie et la dérision qui dévalorisent l’autre et génèrent des sentiments négatifs. L’ironie qui infériorise et engendre de l’autojustification chez l’autre est un des outils des manipulateurs.
Rire avec les personnes, oui ; rire d’une personne, non.
Pour moi, la dérision est un signe de prise de pouvoir sur autrui alors que l’autodérision est un signe de santé mentale et de personnalité accomplie.
Autre limite, il faut veiller au canal qu’on utilise pour l’humour. Parfois, faire passer un message ironique dans un courrier ou un mail peut être mal interprété, surtout lorsque les deux parties ne sont pas en présence. Il faut savoir que la communication non verbale et émotionnelle sont aussi importantes que la communication verbale.

L’entreprise marocaine a-t-elle de l’humour ?
L’ambiance est généralement très guindée sur le lieu de travail. Cela n’empêche pas certains collaborateurs de se retrouver hors travail pour rire de tel chef ou de telle décision.
Dans certains cas, l’humour va se manifester de manière informelle dans les relations sociales. Mais pourquoi pas l’institutionnaliser à travers des actions plus formelles. De nombreuses entreprises demandent aussi, dans le cadre de team-building ou de conventions de cadres, de faire intervenir des humoristes connus de la place, voire d’impliquer leurs propres collaborateurs dans la réalisation de sketchs ou de courts-métrages humoristiques. Henry Ford, entrepreneur américain, aimait souvent dire qu’il existe deux choses qui sont importantes pour l’entreprise et qui n’apparaissent pas dans le bilan : sa réputation et ses hommes.

Vous vous servez de l’humour dans vos interventions ?

Personnellement, je me sers toujours de l’humour dans mes interventions. En racontant des anecdotes, en jouant à des jeux de rôle qui génèrent des moments cocasses, en présentant des films ou des séquences amusants, en jouant avec les mots … Résultat : une bonne oxygénation, une détente favorable à l’apprentissage et l’association d’informations à des moments agréables permettant une meilleure mémorisation.
En coaching, l’humour est un levier formidable pour dédramatiser les situations, relativiser et surtout permettre à la personne coachée de voir autrement les problématiques rencontrées. Tout dépend aussi de l’alliance avec les participants.