Leur recette pour passer un bon congé

«Je reste en contact avec l’entreprise tout en prenant de la distance par rapport au travail».

Partir en vacances nécessite une organisation. Comme je prends généralement trois semaines de vacances pour me ressourcer, je veille à plusieurs choses. D’abord, la date du congé. Celle-ci coïncide généralement avec une période creuse, en l’occurrence le mois d’août.

Je tiens également à prévenir mes interlocuteurs de mon absence pour que nous puissions avancer sur les dossiers urgents, et j’informe mes partenaires par mail, en spécifiant la personne à contacter en cas de besoin. De même, j’annonce à l’équipe la possibilité de me joindre par téléphone portable en cas d’urgence. J’ai aussi pour habitude d’emporter avec moi mon PC portable pour parer à toute éventualité, et d’appeler le bureau, une à deux fois par semaine, surtout la première semaine, ce qui me permet de rester en contact avec mes interlocuteurs.

La veille de mes congés, j’essaye de ne pas prendre de rendez-vous. Par ailleurs, je prends le temps de faire un bilan des réalisations, des actions qui restent à réaliser, et je définis mes besoins pour pouvoir avancer davantage dans mon travail.

Couper les ponts n’est pas chose aisée, mais j’arrive à le faire, surtout pendant la deuxième et troisième semaines, où je prends de la distance par rapport au travail. Ce qui me permet, à l’approche de la reprise, de me poser certaines questions, de réfléchir à quelques points d’amélioration, et à des idées à mettre en œuvre.

Quant à la reprise, je pense que le premier jour est un jour un peu particulier. Généralement, j’essaye de ne pas fixer de rendez vous (c’est un jour d’atterrissage). Je lis mes mails, je contacte certains membres de l’équipe. Le lendemain, les choses reprennent leur cours normal.