Les sites d’emploi toujours plébiscités par les recruteurs

La dernière étude menée par RégionsJob met en lumière les usages des professionnels RH en matière de recrutement et de réseaux sociaux n Les professionnels interrogés utilisent toujours les sites d’emploi, devant les salons et forums de recrutement, puis les réseaux sociaux.

Les sites d’emploi ont encore de beaux jours devant eux, si l’on en croit la dernière étude menée par RégionsJob, premier site d’emploi régional en France. Ils sont ainsi en tête des outils utilisés par les professionnels RH pour s’informer (86%). Suivent la presse magazine et spécialisée (49%), les collègues (45%), les réseaux sociaux (44%), les colloques et conférences (41%), les blogs et forums spécialisés (38%) et la formation (25%).
Il en va de même en ce qui concerne la communication sur leur marque employeur et leurs recrutements. Les professionnels RH interrogés utilisent toujours les sites d’emploi (78%), devant les salons et forums de recrutement (51%), puis les réseaux sociaux. La page entreprise sur les réseaux sociaux professionnels (45%) tient la dragée haute aux Facebook (26%) et autres Twitter (16%). Il est intéressant de noter que 9 % des sondés évoquent l’existence d’une application mobile sur le sujet.

Des professionnels RH décomplexés

Les professionnels RH se révèlent de plus en plus décomplexés vis-à-vis de l’utilisation d’Internet en matière de recrutement. Ils sont ainsi 48% à reconnaître effectuer des recherches en ligne sur les candidats. Environ un tiers d’entre eux a déjà écarté ou recruté un candidat au regard des résultats trouvés via ces recherches.
Parmi les informations qui jouent en faveur des candidats, on retrouve par ordre décroissant d’importance : la recommandation des relations professionnelles, les retombées liées au précédent poste occupé et une activité pertinente sur son secteur d’activité. A l’inverse, une information non recoupée ou fausse sur le CV, une mauvaise orthographe ou des retours négatifs d’anciens collègues ou employeurs peuvent avoir des effets néfastes sur une candidature.
Bon point pour la profession, les informations liées à la personnalité ou à la vie privée sont beaucoup moins considérées par les recruteurs.

Une efficacité moyenne

Mais les réseaux sociaux, qu’en pensent exactement les recruteurs ? Pour la majorité d’entre eux, cet outil reste d’une efficacité moyenne (48%), voire mauvaise (18 %). Un tiers reconnaît néanmoins leur bonne, voire excellente efficacité. Peut-être s’agit-il plus d’une question de méthode ou de type de profil recherché que de qualité de l’outil à proprement parler… D’ailleurs, la grande majorité des profils recrutés par ce bais appartient à la catégorie des cadres, plutôt commerciaux, informaticiens, ingénieurs ou communicants.
A l’heure actuelle, les sondés ont recruté peu de candidats via les réseaux sociaux: une personne (29%), deux à trois (34%) ou quatre à cinq (21%) pour la grande majorité. Pour près de la moitié d’entre eux, les réseaux sociaux ne représentent encore que 10% ou moins de leurs recrutements. Des chiffres qui viennent confirmer que si les réseaux sociaux se sont installés dans le paysage du recrutement, leur progression demeure progressive et assez lente. En résumé : beaucoup d’études et de littérature sur le sujet, mais peu d’évolutions…
Source : focusrh.com