Les salariés peuvent exprimer parfois le refus des mesures sanitaires

Avis de Mohamed Taha Dhrori, DRH Juridique et Communication EHC Holding.

Le renforcement des mesures sanitaires met à mal les projets de remobilisation des équipes et surtout du rôle du DRH au sein de l’organisation. Depuis le début de la crise, la fonction RH a été au 1er plan et sur tous les fronts. Prendre des décisions rapides, s’assurer de la santé mentale et physique des salariés, être sur le terrain et se rendre disponible pour répondre aux interrogations des salariés, organiser le télétravail…
Le port du masque, la distanciation sociale, la prise de température, la désinfection quotidienne, les tests PCR… parfois, les services RH ont du mal à faire le suivi de ces mesures sanitaires qui, in fine, c’est le DRH qui endosse parfois cette responsabilité d’hygiène et sécurité qui n’est pas la sienne.
Tout DRH doit doubler de niveau de vigilance, surtout que les salariés seront encore en contact avec le public, les RH doivent réévaluer les différents rapports, la nature et la durée des contacts entre leurs collaborateurs et interne et avec les populations externes.
Parfois, en tant que RH, nous rencontrons certaines réticences de collaborateurs qui rechignent à appliquer les gestes barrières comme la distanciation sociale ou le port du masque, encore plus l’administration des tests virologiques.
Parfois, on est dans des rappels à l’ordre, parfois sévères pour obliger les salariés à respecter les mesures sanitaires.
In fine, tout DRH doit mettre en place de nouvelles pratiques de communication et de collaboration en cohérence avec le télétravail et adopter un nouveau modèle d’organisation qui rendra le travail des RH encore plus central et plus stratégique dans les organisations.
Face à cette situation inédite, la fonction RH est plus que jamais sollicitée pour gérer cette phase et apporter les éléments de réponses à la fois au Top Management et aux salariés. D’abord, elle doit être au cœur du dispositif de gestion crise «cellule de crise», mise en place par l’entreprise, ensuite être une force de proposition en assurant une veille juridique et sociale, communication régulière et proposer des solutions d’organisation et d’accompagnemen.