Les qualités d’un bon manager : Témoignages

Forte personnalité mais aussi compétences techniques.

Mehdi Bennis, DG de Zone Evénements (agence conseil en communication événementielle) : On ne naît pas manager, on le devient.

Un bon manager est avant tout une personne qui maîtrise parfaitement le secteur d’activité de son entreprise et qui connaît toutes les étapes de production et d’exécution. C’est aussi une personne qui est autant à l’aise avec les ressources humaines qu’avec le volet financier de son entreprise. Un bon manager guide son équipe, c’est-à-dire qu’il doit être un très bon communicant. Pour moi, la mauvaise ambiance mais aussi des chiffres en chute libre sont très significatifs d’un problème de management, il faut savoir réagir à ces signaux, avoir l’humilité de se remettre en cause dès que cela s’impose. D’ailleurs, je me suis fait coacher, il y a deux ans, suite aux conseils d’un membre de ma famille qui lui-même est directeur d’une PME. J’en garde une très bonne expérience. Cela m’a notamment permis de prendre le recul nécessaire, tout en demandant à mes équipes de m’évaluer.
Un coach n’est pas là pour trouver la solution à votre place, mais pour vous faire réaliser ce que vous faites, vous ouvrir les yeux, pour faire en sorte que vous trouviez la solution vous-même. En fait, on ne naît pas manager, on le devient. Vous savez, il arrive parfois que nous soyons embarqués dans des projets interminables. Nous devenons alors exécrables sans nous en rendre compte et nous ne prenons pas le recul nécessaire pour prendre conscience de nos erreurs. De manière générale, on demande de plus en plus au manager d’être un coach pour ses collaborateurs. Je pense que c’est une très bonne chose. Cependant, nous ne sommes pas nés coachs. Il y a une formation à suivre, une manière d’écouter, etc. Etre un «manager coach», c’est quelque part assumer ses responsabilités. Pour ma part, je suis à l’écoute de mon équipe, à tout moment. Je cultive un esprit de famille, mes collaborateurs savent qu’ils peuvent compter sur moi et cela va dans les deux sens. Responsabiliser chaque personne est très important pour leur évolution. Je n’hésite jamais à leur faire part des projets futurs pour avoir leur avis. Cela me permet d’entreprendre de nouveaux projets, de me remettre en question ou de changer une orientation stratégique. Le sentiment d’appartenance est très symbolique pour moi, c’est une valeur à laquelle tout manager devrait faire adhérer son équipe en continu.

William Simoncelli, DG de Carré Immobilier Maroc : Un manager a les mêmes qualités qu’un coach.

D’après moi, un bon manager a pour devoir de tracer une voie, celle qui mène au succès. La gestion d’une équipe n’est pas une chose facile. C’est pourquoi un manager doit faire preuve de diverses aptitudes, telles que l’écoute, la motivation, la prise de décision, la communication et une vision éclairée du développement de l’entreprise ou des projets. Un manager doit avant tout se concentrer sur un recrutement de qualité puis sur des formations continues et adaptées afin que l’équipe soit la plus homogène possible. Il doit, bien entendu, motiver ses équipes et surtout tenir ses engagements. Il pourra ainsi évaluer l’efficience de ses efforts par la satisfaction de sa clientèle. Par ailleurs, je pense que chaque prise de décision doit être sujet à remise en question. Bien entendu, sans être une obsession, le doute reste le meilleur rempart contre la certitude qui conduit souvent à de graves erreurs, voire de fortes désillusions. Le manager doit être à l’écoute de ses équipes afin de rapidement détecter les signaux négatifs qui peuvent parfois conduire à des situations dommageables pour l’entreprise, les clients ou le salarié lui-même. L’agacement d’un collaborateur, la réflexion d’un client, un soupir lors d’une discussion, un comportement anodin inhabituel peuvent être autant de signes d’alerte à la survenance d’un conflit ou d’un problème. Les qualités d’un manager et d’un coach sont d’ailleurs très similaires.
Pour ma part, au quotidien, je gère mon équipe le plus simplement du monde : avec du bon sens, une envie de réaliser des projets ensemble, la mise en place d’objectifs réalistes, des conditions de travail positives et un mode de rémunération adapté.

Faîçal Oudmine, DG de FoudMine Capital Consulting : On doit se remettre en question en permanence.

Un bon manager est avant tout quelqu’un de fédérateur. Il doit être à l’écoute de son équipe afin que chacun trouve sa place dans le développement de l’entreprise et il doit être équitable. Un bon manager doit être capable de définir une mission valorisante pour chacun de ses collaborateurs de manière à les faire adhérer à un projet commun. C’est également quelqu’un qui établit un plan de carrière pour chaque membre de son équipe en les motivant et en leur donnant les moyens d’y parvenir. D’après moi, quand on prend son rôle de manager au sérieux, on doit se remettre en question de manière permanente pour pouvoir évaluer chacune de ses actions et en tirer des enseignements.
Je pense d’ailleurs que les deux baromètres d’un manager devraient être la qualité du travail fourni par son équipe et l’ambiance de travail. Je pense aussi que si un cadre dirigeant ne parvient pas à fédérer et à motiver son équipe, il ne doit surtout pas hésiter à en parler. Ce n’est ni une honte ni une faiblesse de demander conseil aux membres de son équipe. Si les résultats ne sont toujours pas probants, peut-être qu’il n’est tout simplement pas fait pour assumer ce rôle. Comme le dit si bien Gustav White, «vous n’aurez jamais une seconde chance de faire une bonne première impression». Après tout, à quelle légitimité un manager peut-il prétendre s’il n’arrive pas à faire partager son savoir et ses compétences ?

Nawal El Kahlaoui, Directrice associée de Shop com & the City : Un bon manager, c’est avant tout une personnalité, un tempérament.

Être un bon manager, c’est être un bon chef d’orchestre, c’est-à-dire connaître ce que chacun doit jouer. Un manager n’est pas forcément quelqu’un qui a un niveau d’études élevé, c’est avant tout une personnalité et un tempérament. Il doit être attentif au marché, à son domaine d’activité, mais surtout à son équipe. Un bon manager anticipe la réaction de ses collaborateurs, il doit savoir aussi tirer et mettre à profit le meilleur de chacun d’entre eux, les motiver et les tirer vers le haut. Un bon manager est une personne qui fédère, qui sait convaincre le groupe pour atteindre un objectif. Un manager sait aussi reconnaître les erreurs qui comprennent bien évidemment les siennes. Il n’y a pas de profil type du manager parfait. En revanche, il y a plutôt des personnalités qui sont davantage prédestinées à diriger et d’autres moins à compétence égale.
 J’estime aussi que la remise en question doit être quasi quotidienne. Pour autant, je ne suis pas fan des grilles d’auto-évaluation, des tests, du coaching pour la simple et bonne raison que je préfère expérimenter dans la vraie vie et surtout me fier à mon instinct. Je n’exclus pas de faire appel à un coach un jour, mais je n’en suis pas encore convaincue pour le moment. Aujourd’hui, on demande de plus en plus au manager d’être un coach, comme pour le sport. Mais aussi d’être parfois une assistante sociale voire un psy. Parce que, malheureusement, nous ne pouvons faire abstraction des vies des uns et des autres, c’est ce savant dosage qu’il faut savoir faire, sans pour autant devenir le bureau des pleurs.
Il faut aussi savoir faire des rappels à l’ordre, et rester vigilant sur l’investissement des uns et des autres. Il faut savoir mettre en valeur chacun de ses collaborateurs, et ce n’est pas forcément chose toujours facile. A partir du moment où les gens se sentent à l’aise (sans tomber dans la familiarité), et qu’ils sentent que le «boss» est juste, je pense qu’il pourra les emmener très loin.