Les précautions pour ne pas rater son repas d’affaires : Avis de Hala El Farouki Zeghari, Coach, cabinet Cdrhom, Présidente de Maroc Coaching

Le repas d’affaires doit être un moment où l’on instaure la confiance.

Lors d’un repas d’affaires, il est important de discuter de sujets anodins, de l’air du temps ou encore du dernier film à l’affiche. C’est un moyen pour être en phase avec l’autre. Il n’y a ni risque, ni enjeu important. Par un moyen détourné, on construit une relation de confiance pour atteindre ses objectifs. De plus, dans notre culture, le fait de partager un repas avec une personne signifie quelque part qu’elle est acceptée dans notre cercle.
Le repas d’affaires permet ainsi de créer une «alliance» grâce à la nourriture, dans un cadre agréable. Les derniers détails, comme les clauses d’un contrat par exemple, seront traités au bureau. C’est pourquoi on ne doit surtout pas entrer tout de suite dans le vif du sujet mais petit à petit, de manière subtile et plutôt attendre le moment du dessert ou du café.

De manière générale, lors d’un repas d’affaires, on se parle à visage découvert, on ne porte pas de masque parce que le cadre nous invite à la détente. Face à son client, le principe est d’être ouvert, convivial et souriant. Cela permet de le mettre en confiance de manière à saisir le bon moment pour faire passer son message. Il est donc essentiel de savoir créer le climat adapté à la situation. Pour résumer, la convivialité mène vers la confiance qui mène au résultat.

Par ailleurs, le repas d’affaires permet de développer et de consolider son réseau. C’est un moment de socialisation avec l’autre, où l’on échange des idées. On apprend à se connaître autrement, loin du bureau. Le repas d’affaires sert donc à renforcer son capital confiance auprès de son client, de le fidéliser. Il permet de débloquer des situations, de parler ouvertement ou encore de s’expliquer. Le repas d’affaires est également un moyen d’envoyer les signaux de reconnaissance à l’autre.