Les modèles de gestion RH vus par des experts

Toulouse Business School Casablanca vient d’organiser une table ronde sur les nouveaux modèles de gestion RH.

Une thématique qui suscite des débats animés vu l’évolution permanente de l’environnement de l’entreprise et de la différence même entre les visions de leurs dirigeants. Cette situation fait qu’il n’y a pas de système unique de management des ressources humaines.

On peut donc rencontrer des pratiques des plus archaïques aux plus développées. C’est ce que constate Hanane Eillioua, professeur, doctorante et co-dirigeante de Synergia Conseil. A travers une étude menée auprès de 189 entreprises marocaines, elle relève trois catégories : un groupe d’entreprises qui font la GRH par obligation avec une stratégie globale de la société mère, un deuxième groupe qui considère cette fonction comme un avantage concurrentiel (en imitant les pays européens et anglo-saxons), enfin une troisième catégorie qui l’adopte en tant qu’effet de mode.

Ahmed Assalih, DG d’Advyteam, cabinet conseil en RH, souligne pour sa part que les différentes pratiques des RH ne dépendent pas de la taille de l’entreprise mais plutôt du style de management adopté. «Certains responsables RH ne maîtrisent pas la finalité de leur fonction, il y a une inadéquation entre les activités de la fonction RH et la réalité du terrain», souligne-t-il. Il met en garde contre l’enlisement de la fonction dans les tâches administratives et d’oublier la finalité réelle de la fonction qui est de développer les compétences pour que l’entreprise soit plus performante. Ali Serhani, DG du cabinet Gesper Services, spécialisé dans le recrutement, semble être du même avis. Il souligne en effet que, faute de vision des responsables RH, c’est «l’autogestion de carrière» qui a pris le dessus sur la gestion des carrières dans beaucoup d’entreprises.

Autrement dit, ce sont les collaborateurs qui se prennent en main pour se faire une place et progresser dans l’organisation.