Les métiers de l’intelligence économique

L’intelligence économique peut se résumer en trois grands volets : veille, protection des informations et lobbying. On répertorie une dizaine de fonctions en intelligence économique : chargé de veille, analyste, auditeur, consultant…

Il fut un temps où l’intelligence économique rimait avec espionnage industriel. Bien que les pratiques demeurent, le concept a fait sa mue et s’est beaucoup développé ces dernières années. Gestion des risques, knowledge management, investigation…, «l’intelligence économique peut se résumer en trois grands volets : veille (acquérir l’information stratégique pertinente), protection des informations (ne pas laisser connaître ses informations sensibles) et lobbying (interventions destinées à influencer directement ou indirectement l’élaboration, l’application ou l’interprétation de mesures législatives, normes, règlements…)», souligne Mourad Oubrich, président du Centre en intelligence économique et management stratégique.

Même si la démarche est encore timide au Maroc, il faut dire que certaines entreprises se sont dotées carrément de structure dédiée à l’IE à l’image de la BMCE Bank, Attijariwafa bank ou encore l’Office chérifien des phosphates. Et pour cause, pour assurer leur compétitivité, la sécurité de l’économie et le renforcement de la position du pays sur l’échiquier international, les entreprises ont, plus que jamais, besoin d’information et d’expertise. L’intelligence économique est dans ce contexte le meilleur moyen de passer d’une ère de production à une ère de savoir.

Des masters en IE se développent de plus en plus

Avec la mobilisation des hommes, le traitement et l’analyse de l’information et la circulation efficace des informations et des connaissances au sein de nos organisations, il est possible de réduire la part d’incertitude dans la prise de décision. Bien évidemment, les compétences sont indispensables pour mener à bien des projets de gestion d’informations. A ce titre, on répertorie une dizaine de fonctions en intelligence économique : chargé de veille, analyste, auditeur, consultant en IE…. On estime qu’un responsable intelligence économique débute avec un salaire de 8 000 DH tandis qu’un directeur de département peut gagner plus de 30000 DH.
Les métiers de l’IE nécessitent avant tout de la rigueur, de la méthode et des qualités de synthèse, le sens de la confidentialité et du contact…

Vu que les entreprises sont demandeuses  de spécialistes, les offres de formations se développent. La majorité sont des master (bac +5) spécialisés en intelligence économique, en veille stratégique ou en information stratégique.