Les Marocaines moyennement satisfaites de leur carrière professionnelle

Le sondage concerne 3 500 femmes et hommes de toutes les régions du Maroc, de tous les secteurs d’activité. Les femmes considèrent qu’elles supplantent leurs congénères par leur sens de l’organisation.

Pour célébrer la journée mondiale de la femme, le portail a tenu de scruter de façon séparée l’opinion des femmes sur elles-mêmes et celle des hommes sur la situation de leurs vis-à-vis.
Amaljob.com a sondé plus de 3 500 femmes et hommes de toutes les régions du Maroc, de tous les secteurs d’activité et de toutes les catégories socioprofessionnelles pour mettre en évidence la situation des femmes face au travail, à savoir leurs aspirations, les difficultés rencontrées, leurs atouts et freins, leur vécu sur la discrimination et leur projection dans l’avenir professionnel.
Selon les premiers résultats de l’enquête, les femmes sont moyennement satisfaites de leur carrière alors qu’elles travaillent essentiellement pour s’assurer une indépendance financière ou pour s’épanouir dans une activité professionnelle.

La femme ne travaille plus que pour aider son partenaire

Elles trouvent les préjugés des hommes pénalisants pour leurs carrières mais assurent ne pas avoir souffert de discrimination durant l’entretien d’embauche. En outre, elles jugent leur rémunération en-dessous de leur potentiel mais sont en passe de rattraper l’écart qui les sépare des hommes, voire de devenir l’égal de ceux-là sur le plan professionnel.
En tout cas, les femmes considèrent qu’elles supplantent leurs congénères par leur sens de l’organisation, leur capacité à assurer des missions multitâches et leur compétence relationnelle, sans oublier leur aptitude à s’adapter à un contexte donné. Cela explique sans doute pourquoi elles ne craignent pas de changer d’entreprise, ni de métier et sont partantes pour une expérience professionnelle à l’étranger. Au passage, un des clichés les plus durs, la femme qui ne travaille que pour aider son partenaire, perd beaucoup de terrain.
Amaljob.com qui fête sa quatrième année d’existence compte donner plus de détails concernant l’enquête dans les semaines qui viennent.
Il est à noter que ce sondage est soutenu par plusieurs entités publiques, privées, scolaires et associatives dont l’Association des femmes chefs d’entreprises au Maroc (Afem).
Le portail de recrutement en ligne inscrit désormais son activité dans une logique de développement durable qui satisfait ses ambitions et les aspirations de la communauté au sein de laquelle elle prospère.
Une stratégie payante puisqu’en 2010 le site web a enregistré une fréquentation de près de 4 000 000 de visiteurs et sa CVthèque plafonnait à 200 000 CV accessibles à quelque 1 200 clients référencés. A ce jour, l’entreprise a permis le placement de plus de 13 000 profils.