Les managers ont compris qu’ils doivent développer leur potentiel

Coaching, PNL, analyse transactionnelle ou systémique, les managers ont de plus en plus recours à  des techniques de développement personnel pour améliorer leur potentiel.
L’objectif est de remédier à  différents problèmes, notamment le mal-être, la souffrance et le stress, et d’améliorer sa capacité à  diriger.

Les managers sont confrontés à  de nombreux défis : enjeux de compétitivité, gestion de l’information, animation des équipes, gestion du stress…, sans oublier que les approches métiers changent au fil des ans. A cet égard, un grand nombre d’entre eux s’appuient de plus en plus sur les techniques de développement personnel pour être en harmonie avec eux-mêmes et améliorer leur créativité. Slim Kabbaj, président d’IS Force, Institut supérieur de formation et de coaching et professeur à  l’école Hassania des travaux publics, confirme que la prise de conscience de l’intérêt de ces techniques est réelle et explique les avantages qu’elles sont susceptibles d’apporter.

La Vie éco : On assiste de plus en plus à  l’émergence de techniques de développement personnel, pourquoi ?
Slim Kabbaj : Il existe aujourd’hui une certaine prise de conscience des dirigeants et managers quant à  l’intérêt du développement personnel, le leur et celui de leurs collaborateurs. Ils ont compris que les individus doivent se trouver dans un état de bien-être et d’équilibre, motivés de l’intérieur, pour être en mesure d’exprimer au mieux leur potentiel et leur talent. Si de nombreuses pratiques ont vu le jour dans la sphère professionnelle, c’est donc d’abord dans un souci de performance. Il faut désormais communiquer avec conviction, s’affirmer, faire progresser son estime de soi et gérer ses émotions, développer son autonomie ou encore savoir travailler en équipe pour être plus performant. En ce sens, il faut se référer aux cas de réussite qui existent dans le monde de l’entreprise pour expliquer le succès actuel de ces pratiques dans l’entreprise. Les exemples sont nombreux autour de nous : les entreprises les plus dynamiques sont celles qui font briller les talents au sein de leur organisation et qui sont ouvertes au développement. A l’inverse, les exemples de gâchis de ressources humaines sont probants.

Le souci du développement personnel n’est-il pas un effet de mode ?
En partie seulement ! Oui certains managers s’en préoccupent par mimétisme, alors que d’autres résistent par principe. Mais cette dynamique est profonde et s’inscrit dans la durée.

Quelles sont les raisons profondes pour lesquelles les managers et les entreprises de manière générale s’intéressent à  ces pratiques ?
Les dirigeants subissent de plus en plus de pression, que ce soit à  l’intérieur ou à  l’extérieur de leurs entreprises, en raison du flux important d’information à  gérer, des nouvelles technologies qui accélèrent le rythme de vie et réduisent les temps de réflexion ou de relaxation, des prises de décision en situation d’incertitude, des enjeux de plus en plus serrés de compétitivité, des demandes changeantes des clients. Ajoutez à  cela les approches métiers qui changent au fil des années ainsi que l’état d’esprit des ressources humaines dans les organisations. Les qualités nécessaires aux dirigeants sont de plus en plus nombreuses et diversifiées. On parle beaucoup plus aujourd’hui que dans les années 80 des pratiques de leadership et d’animation d’équipes. Observez les paradoxes que vivent certains managers : ils se plaignent de faire le travail des autres et se disent indispensables alors qu’ils connaissent les concepts de délégation et de définition des tâches sans les appliquer. Ils ne prennent pas le soin de former, de responsabiliser et de donner du pouvoir et traitent leurs collaborateurs d’incompétents. Ils considèrent qu’ils n’ont pas de visibilité et n’en donnent pas à  leurs collègues. A telle enseigne qu’ils finissent eux-mêmes par être démotivés ou tombent parfois dans une sorte de laisser-aller, voire de déprime, créant la déprime autour d’eux.

Le développement personnel est-il réellement une révolution au sein des organisations ?
Je dirais que la clé de la performance est de prendre conscience de son potentiel et d’avoir la possibilité de l’exploiter. J’ajouterais qu’un individu a besoin de sérénité dans sa vie parce que celle-ci est source, notamment, d’efficacité professionnelle dans la durée. Sur le plan philosophique, ce n’est pas réellement une révolution, sur le plan des méthodes scientifiques, oui. Les démarches holistiques qui permettent d’équilibrer l’esprit, le corps et le spirituel apportent des réponses depuis bien longtemps. Il n’y a qu’à  analyser les cultures ancestrales asiatiques ou les nôtres, qui visent à  atteindre le bien-être. Les cadres dirigeants les redécouvrent et en sont d’ailleurs de plus en plus passionnés. Dans la méditation, par exemple, on calme le flux de ses pensées et l’on apprend à  se concentrer en faisant abstraction de son environnement. Avec des démarches de relaxation et de prise de conscience de ce type, on peut désamorcer beaucoup de problèmes. On peut également utiliser l’imagerie mentale pendant la méditation pour résoudre des situations de stress, être plus créatif ou rechercher la motivation.

Quels sont les principaux outils modernes de développement personnel disponibles sur la place ?
Chaque cabinet a ses méthodes. Les plus utilisées sont la PNL, l’analyse transactionnelle et l’analyse systémique. Certains spécialistes adoptent un seul outil et l’approfondissent, alors que d’autres préfèrent combiner les méthodes, comme une boà®te à  outils, en fonction des problématiques et des objectifs à  atteindre. Tout dépend également de la personnalité de l’intéressé. On fait ainsi souvent intervenir des outils de diagnostic, comme le MBTI ou «success insight», pour que la nature et les modes de comportement soient mis en évidence.

Peut-on trouver des axes de développement propres à  son type de personnalité ?
On a besoin de connaà®tre le type de personnalité de l’individu et de décoder les fonctionnements, ainsi que les schémas de pensée ; le client n’en a pas souvent conscience lui-même. A cet égard, les plus grandes avancées et les déclics proviennent souvent de diagnostics pertinents et de la mise en évidence de fonctionnements personnels. Les axes de développement dépendent aussi des objectifs, ceux assignés au départ et ceux qui apparaissent en cours de route. Il m’est arrivé de recevoir des managers qui émettaient le souhait de travailler la communication, la gestion du temps, la réduction du stress, etc., et, après quelques séances de coaching, il s’est avéré qu’il s’agissait d’un problème d’intelligence émotionnelle, d’estime de soi ou d’assurance.

Comment savoir tirer profit de ces techniques de développement ?
Chaque individu est soit en quête d’excellence et de performance, soit cherche à  un moment donné à  dépasser des blocages qui le pénalisent, soit encore recherche un équilibre de vie. Le développement personnel est la réponse naturelle pour ouvrir de nouveaux horizons et une nouvelle manière d’être, que l’on soit accompagné, ou que la vie elle-même s’en charge. La plupart des coachs sont d’ailleurs passés eux-mêmes par là . La lecture, les rencontres et les échanges avec des pairs, des activités ludiques, une bonne nutrition … apportent aussi beaucoup.