Les « Gadz’arts » marocains incités à  revenir au bercail

Le Groupement des ingénieurs arts et métiers ParisTech du Maroc a organisé une rencontre avec une trentaine de lauréats de cette école.

Le Groupement des ingénieurs arts et métiers ParisTech du Maroc a organisé une rencontre avec une trentaine de lauréats de cette école. Objectif de la rencontre : présenter sa cellule emploi-carrière spécialement créée pour faciliter la mise en contact des ingénieurs et des professionnels du recrutement au Maroc. Cette cellule propose un suivi personnalisé des lauréats chercheurs d’emploi, s’occupe de la coordination entre les recruteurs et les ingénieurs et aide les étudiants à trouver des stages. Plusieurs directeurs des ressources humaines de grandes sociétés de la place et des professionnels du recrutement ont pris part à cette rencontre, également marquée par la présence de plusieurs dizaines d’anciens élèves, parmi les cent vingt que compte le groupement des «Gadz’arts» au Maroc.

La Société des ingénieurs arts et métiers, dont émane l’association marocaine actuellement présidée par Samir Oudghiri Idrissi, DG de Lesieur Cristal, regroupe les élèves (nouveaux et anciens) et compte plus de 32 000 adhérents à travers le monde.

Créée en 1780 par François Alexandre Frédéric de la Rouchefoucauld-Liancourt, l’établissement forme près de mille élèves par an. Il est classé parmi les dix plus grandes écoles d’ingénieurs françaises.