Les entreprises nationales cherchent à  valoriser leurs compétences

En moyenne le budget de formation a totalisé près de 4 MDH.

En 2003, le budget de formation a atteint en moyenne pour les entreprises sondées les 3,9 MDH dans les entreprises nationales et 1,3 MDH dans
les multinationales. Ceci montre que les entreprises nationales ont dû faire face à la valorisation et au renforcement des compétences locales. Autre élément important : certaines entreprises recourent spécifiquement aux formateurs internes pour leur démarche. Ce qui engendre un moindre coût en matière d’investissement. En entreprise, tout le monde est concerné, aussi bien les cadres (96 % des cas) que les non-cadres (91 %). Par ailleurs, les entreprises disposent d’un plan annuel dans 90 % des cas, d’un plan pluriannuel (12 %) ou recourent à des formations ponctuelles dans 79,4 %.
Parmi les sources d’identification des besoins, les entretiens d’appréciation sont en tête de liste (79 % des cas). La formation est ensuite sollicitée par les bénéficiaires eux-mêmes (67 %). Viennent le plan de mobilité (40,8 %), ou encore la démarche GPEC (40 %).
Pour la pratique, les stages à l’étranger sont privilégiés (72 %). Suivent les formations action (62 %) et les formations diplômant localement (60 %). A noter que le coaching commence à faire des adeptes (34 %). Dans l’ensemble, les entreprises recourent aux prestataires externes marocains dans 86 % des cas, à des cabinets publics dans 41% ou à des prestataires étrangers dans 78 % des cas. Au niveau du remboursement, 59 entreprises sur 105 déposent leur plan de formation et 74 d’entre elles se font rembourser pour des actions non planifiées