Les entreprises face au défi de la transformation

Optimum Conseil a réalisé une enquête sur un échantillon de 198 dirigeants d’entreprise. L’objectif de la transformation est de renforcer la compétitivité. Les entreprises semblent plus agiles face aux défis de la mondialisation.

Toute entreprise, quels que soient sa taille et son secteur d’activité, se trouve confrontée un jour ou l’autre à la nécessité de se transformer de façon plus ou moins profonde pour renforcer sa compétitivité sur ses marchés.
Dans un monde globalisé, mondialisé, ouvert et en forte accélération, la transformation est une nécessité et un enjeu majeur pour les directions générales d’entreprise.

La volonté de gagner en efficacité interne/dynamiser l’entreprise ou se réorganiser est le premier facteur déclencheur d’un processus de transformation. Il y a aussi la volonté d’améliorer la qualité de service, la mise en place d’une nouvelle vision stratégique ou encore la volonté de réduire les coûts, de même que les défis de la digitalisation, le développement à l’international ou encore la préparation de la succession.

L’enquête menée par le cabinet Optimum Conseil, en collaboration avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), auprès de 198 dirigeants d’entreprises nationales et internationales permet de tirer plusieurs enseignements sur l’état d’esprit des dirigeants .

Le déficit de ressources humaines est l’un des principaux freins à la transformation

Malgré une visibilité mitigée sur la conjoncture économique, les dirigeants sondés restent majoritairement optimistes (58%) par rapport à la conjoncture et admettent qu’il existe des opportunités à saisir dans les défis de la mondialisation. Les entreprises semblent plus agiles face aux défis de la mondialisation et de l’économie numérique (51% des répondants) ainsi qu’aux opportunités qu’offrent l’ouverture du Maroc sur l’international (45% des répondants).

Cependant, elles sont encore fortement confrontées à des menaces spécifiques à l’environnement régalien et structurel (l’économie grise ou informelle, le déficit des ressources humaines, l’environnement législatif, la réglementation fiscale…).

Il faut dire aussi que les transformations sont composées de projets multiples, complexes et multidimensionnels, qui sont souvent mal maîtrisés par l’entreprise.

Aussi, pour une majorité des répondants, le partage d’une une vision claire, la mobilisation des acteurs ou encore la prise de décision rapide, efficiente et pertinente, restent les facteurs de réussite de tout processus de transformation. Une organisation, quelle qu’elle soit, ne doit pas rester immuable. Elle doit s’adapter au contexte économique, à son environnement interne et externe. Dès lors, se transformer devient une obligation. C’est assurer durablement sa performance et son développement.