Les employés fantôme hantent nos couloirs !

Je travaille depuis 15 ans dans cette entreprise et, depuis 15 ans, j’entends parler de ces fameux employés fantôme. En fait, ils ont un poste et un salaire mais ils ne font rien de vraiment précis (certains ne viennent mêmes pas au travail !). Et pendant ce temps les imbéciles dont je fais partie travaillent comme des fous ! C’est injuste, surtout que je vois bien que nos boss ne font rien pour remédier à  cette situation ! A croire qu’eux aussi en font partie…

Un employé fantôme ne le devient pas en quelques jours. C’est une lente progression qui nécessite un certain nombre d’ingrédients. Mais bien souvent, c’est au recrutement que les choses se décident, Ainsi un recrutement assimilé à «un service rendu» génère très rarement de l’efficience…
Puis, petit à petit, au gré des réorganisations, des nominations de nouveaux managers, d’une inconséquence en matière de gestion des performances et de la formation de ces personnes, certaines d’entre elles commencent à devenir des fantômes. Et comme elles voient bien que rien ne se passe, qu’aucun manager ne réagit pas, elles se confortent dans leur nouvel habit ! Et au fur à mesure «la communauté de fantômes» grossit, et ce qui devrait être inadmissible devient une fatalité acquise et acceptée. Une fatalité qui prend de l’ampleur dont on ne voit pas trop comment s’en débarrasser.

Il faut agir et réagir

Si vous êtes dans le cercle restreint des «responsables agissants», alors il est de votre devoir de réagir. D’abord, par équité pour les autres collaborateurs et, ensuite, pour tout simplement résoudre une équation de plus en plus compliquée et incontournable, celle de la rentabilité et de l’équité ! Il est nécessaire bien entendu de mettre d’abord en place un système pour les identifier clairement (une erreur de casting serait injuste et décrédibiliserait encore plus le management). Car vous découvrirez certainement deux types de profils (en schématisant), le premier possédant non seulement un potentiel évident mais aussi une envie claire de «remonter en selle» et le second pour qui malheureusement «les jeux sont faits».
Pour le premier profil il est évident que vous devez l’aider à updater ses connaissances par une batterie de formations tout en vous assurant de l’intégrer dans une équipe gérée par un manager motivant et à profil «coach». Pour les seconds, vous devrez vous faire accompagner par des spécialistes en droit du travail pour trouver la meilleure façon de rationaliser vos coûts. Sachez que plus vous tarderez à agir et plus vous démoraliserez les collaborateurs «BONS» qui finiront pas vous quitter. Vous resterez ainsi entouré d’employés fantôme et de potentiels fantômes…. Le rêve quoi… Alors à vous de retrousser les manches et d’attaquer ce problème de front avec rigueur et courage !

Et nous alors ?

Si vous n’occupez pas un poste-clé au sein de l’entreprise, vous ne pourrez rien contre cette situation. Aussi, plutôt que de vous épuiser dans une bataille vaine, concentrez-vous sur votre champ d’actions. Certes, votre charge de travail est injuste, eh oui !, la vie en entreprise n’est pas forcément «un long fleuve tranquille» et elle nous apporte aussi son lot de frustrations… Alors, allez-vous passer votre journée à appliquer à l’envers notre principe n°1 Dale Carnegie: «Ne critiquez pas, ne condamnez pas, ne vous plaignez pas» ?
Plutôt que de vous plaindre à longueur de journée, faites des propositions constructives à votre manager, revoyez avec lui la priorité de vos tâches et aidez-le, pourquoi pas, à identifier les quelques collaborateurs fantôme de la première catégorie que vous pourriez accueillir dans votre équipe pour réduire la charge de travail.
Une entreprise est un ensemble complexe de données, certaines sont positives, d’autres plus contraignantes. Les collaborateurs responsables savent en tirer le meilleur parti !