«Les compétences digitales ne sont plus limitées à des notions de performance et de productivité»

Questions à Oussama Esmili, Directeur Général dIdeo Factory.

• La Vie éco : Communiquer et collaborer à distance, effectuer des démarches en ligne, naviguer en toute sécurité… Aujourd’hui, les compétences digitales sont devenues essentielles. De quoi parle-t-on aujourd’hui ?
Je pense que le moment particulier que nous vivons par sa brutalité et ses conséquences parfois dramatiques a fait appel d’abord et au-delà de la technicité et de la compétence sur tel ou tel outil, à notre sens de l’adaptation et à notre capacité à survivre dans un environnement instable. Au rythme de la propagation du virus et des décisions qui ont été prises par le gouvernement nous avons dû, jour après jour, réapprendre à travailler, à étudier ou à se former. Les compétences digitales sont effectivement devenues essentielles, parfois même à la survie, alors qu’on pouvait encore il y a peu les cantonner uniquement dans des notions de performance et de productivité.

• Les entreprises sont-elles sensibilisées quant à la formation de leurs salariés ?
Cela dépend desquelles évidemment. Lorsque le vaste mouvement de transformation digitale s’est accentué ces dernières années, nous avons pu constater une appétence de plus en plus forte pour les formations en lien avec ce domaine. Les entreprises qui ont fait du digital un moteur de leur croissance et de leur compétitivité sont évidemment les plus matures. Certaines ont mis en place un Quotient Digital, un indicateur permettant de mesurer les compétences de leurs salariés sur l’usage des nouvelles technologies, d’autres ont développé des plates-formes de formation en ligne visant à favoriser l’acculturation digitale de leurs collaborateurs. Bien que la formation des salariés aux techniques et usages du digital soit un enjeu central au cœur de la transformation digitale des entreprises et de la société de manière générale, ces initiatives sont encore trop rares. Mais cela va changer inéluctablement et l’année qui arrive s’annonce décisive. Il faudra non seulement poursuivre le mouvement et capitaliser sur ce que nous venons de vivre, mais aussi miser sur la formation continue et l’accompagnement permanent des salariés.

• Comment peut se faire ou doit se faire l’accompagnement des salariés sur les compétences digitales ? Et sur quels domaines ?
Le secteur d’activité de l’entreprise et la place occupée par le digital dans son modèle économique vont déterminer les réponses à ces deux questions. Certaines doivent faire monter leurs collaborateurs en termes de savoir-faire pour qu’ils soient en mesure de porter la transformation digitale en interne, favorisant ainsi à la fois l’agilité collective et la montée en compétence individuelle. On évoque de plus en plus la notion d’organisation apprenante. Une approche qui place la formation continue comme un levier central de la performance collective et qui accorde une place prépondérante à l’acculturation digitale individuelle. A Ideo Factory, une partie des projets que nous menons dans le domaine du Digital Learning consiste à mettre en place des dispositifs de formation continue en e-learning ou Blended Learning permettant de favoriser cet apprentissage. Au-delà des formations classiques relatives aux outils de productivité tels que la bureautique par exemple, ce qui nous est de plus en plus demandé c’est un accompagnement à l’acculturation digitale par la formation mais aussi par le mentoring individuel et le coaching digital. De nouvelles attentes qui témoignent de la transformation en cours.