Le réseautage au Maroc, une nouvelle manière d’entreprendre

Des entrepreneurs, pour émerger et se maintenir en activité, se serrent les coudes dans le cadre de réseaux. Au Maroc, il existe plusieurs formes de réseaux : associations et sociétés privées, surtout. Des entrepreneurs que nous avons rencontrés nous racontent leurs expériences.

Nombreuses sont les entreprises, au Maroc, qui s’écroulent chaque année, et ce pour une multitude de raisons liées à l’environnement dans lequel elles évoluent. Des entrepreneurs, qui prennent le risque de se mettre à travailler pour leur propre compte dans la solitude et le cloisonnement, tentent toutefois de trouver des solutions, tant à l’échelle individuelle que collective, pour éviter le pire. En clair, se maintenir et pérenniser leurs entreprises. De même pour les postes d’emploi – peu soient-ils – qu’ils créent. Parmi ces moyens en vogue ces dernières années au Maroc, se trouve le Networking. Ou encore le réseautage.
Cette méthode permet, dans une certaine mesure, aux entrepreneurs de se liguer pour faire face aux aléas de l’environnement. Il existe en effet plusieurs modèles de réseautage au Maroc. La Vie éco s’est, pour mettre la lumière à cette pratique, entretenu avec des responsables de réseaux, ainsi que des membres, qui en ont bénéficié, en vue de comprendre leurs modes de fonctionnement. Certains réseaux jouent un rôle de préparation de la nouvelle génération des entrepreneurs au niveau des lycées, de l’université ou des grandes écoles. C’est le cas notamment de Injaz Al Maghrib, une association reconnue d’utilité publique qui mobilise le secteur privé auprès de la jeunesse pour contribuer à l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs. La dimension réseau, dans le cadre de cette association, se manifeste notamment dans le fait que des cadres d’entreprise, agissant en tant bénévoles, interviennent dans les établissements publics marocains, auprès des jeunes élèves. Ayant la forme d’une association également, Réseau entreprendre, dirigée par Meryem Zouhri que La Vie éco a rencontrée, n’a pas une activité axée fondamentalement sur le réseautage, mais en a fait un pilier essentiel pour accompagner les jeunes entrepreneurs. La logique du réseau se manifeste, dans le cadre de cette association, par la mise en relation, notamment, entre ce qu’elle qualifie de “lauréats”. C’est-à-dire les jeunes porteurs de projets qui ont pu convaincre les membres, à savoir les entrepreneurs expérimentés. Ces derniers jouent également le rôle de mentors, et font profiter les jeunes de leurs expériences dans l’entrepreneuriat.

Dans un autre genre, BNI est un réseau international, fonctionnant selon le mode de la société privée. Elle rassemble, dans tous les pays où il est présent, des entrepreneurs, chaque semaine, en vue d’échanger les opportunités d’affaires pour un objectif précis : augmenter leurs chiffres d’affaires. Pour y devenir membre, en revanche, il faut s’acquitter des frais d’adhésion. Le point sur ces différentes initiatives et leur fonctionnement.

Réseau entreprendre, la porte d’entrée des porteurs de projet
Réseau entreprendre, la porte d’entrée
des porteurs de projet

 

BNI Maroc, une solution pour faire du business
BNI Maroc, une solution pour faire du business

 

Un lauréat devenu mentor à Réseau entreprendre
Un lauréat devenu mentor à Réseau entreprendre
Il a trouvé sa voie grâce à son réseau
Il a trouvé sa voie grâce à son réseau

 

Un entrepreneur dans l’âme
Un entrepreneur dans l’âme