Le marché des informaticiens : Avis de Said Elbiyadi, DG d’Optimus Telecom

l’externalisation des services IT et le cloud ont entrainé une grande mutation du marché de l’emploi. A moyen terme, la gestion au quotidien des services IT se fera par des prestataires externes et les nouveaux projets nécessiteront des profils expérimentés.

Said Elbiyadi DG d’Optimus Telecom
Said Elbiyadi
DG d’Optimus Telecom

La conjoncture économique du début de l’année 2016 a été difficile. Le marché IT a quasiment stagné et les perspectives de recrutement dans ce domaine étaient quasiment absentes.

A partir du mois de mai, nous avons senti que le marché commençait à bouger progressivement et on a observé des signes de reprise pour le dernier trimestre, ce qui pourrait se traduire par une amélioration des perspectives de recrutement à la fin de l’année.

En ce qui nous concerne, il est clair que nous avons besoin de renforcer nos effectifs. Actuellement, nous recherchons essentiellement 3 types de profils. A commencer par  des commerciaux seniors ayant une connaissance polyvalente et transversale du domaine IT ainsi que du marché des affaires au Maroc. Nous recherchons également des techniciens juniors de formation Bac+2 qui seront amenés à suivre des formations spécifiques sur nos métiers pour assurer un premier niveau de support aux clients.

Enfin, nous ciblons des ingénieurs avant ventes seniors ayant une expérience probante dans le montage de solutions complexes impliquant différentes composantes dans le domaine IT.

De même que nous accordons une attention particulière à des profils maîtrisant les technologies et logiciels de virtualisation.

A l’instar du marché mondial de l’emploi dans le secteur de l’IT, le marché de l’emploi passe par une période de transition au Maroc.

L’externalisation des services IT et le Cloud ont entraîné une grande mutation du marché de l’emploi.

A moyen terme, la gestion au quotidien des services IT se fera par des prestataires externes et les nouveaux projets nécessiteront des profils expérimentés.

Une raison qui poussera les grandes structures,  notamment, à se doter de profils juniors pour pouvoir assurer des prestations de service au quotidien pour leurs clients finaux.

Les profils seniors se mettront à leur compte ou se regrouperont suivant des modèles proches des cabinets de consulting ou d’avocats.

En ce qui concerne les salaires, je dirais qu’actuellement les rémunérations des informaticiens évoluent positivement dans une fourchette de 3 à 5% par an.

La demande continue à être tirée vers le haut par le secteur de l’offshore, surtout pour les profils juniors n