Le développement personnel, nouvelle mode des managers

Les approches psychologiques connaissent depuis quelques années un véritable engouement sur
le marché de la formation.
Face à  cet engouement,
les cabinets de formation de la place multiplient les programmes ou innovent en matière de démarche ou de parcours plus personnalisés.

Le marché du développement personnel se porte bien. Les approches psychologiques connaissent depuis quelques années un véritable engouement sur le marché de la formation, dans la littérature managériale et, plus largement, dans le monde de l’entreprise. La principale raison est que les entreprises les plus performantes ont toutes une préoccupation : repérer et faire évoluer leurs managers et futurs dirigeants. Coaching, programmation neurolinguistique (PNL), analyse transactionnelle, approche systémique, méditation et relaxation…, toutes ces techniques de développement personnel ont un point commun : exprimer au mieux le potentiel de l’individu, s’affirmer, développer son estime de soi, progresser en autonomie ou encore gérer ses émotions.

La mission des dirigeants a changé de façon radicale au fil des années
Pourquoi tant d’intérêt aujourd’hui pour ces pratiques? Tout simplement parce que la pression est de plus en plus forte dans le quotidien des managers. L’accélération des changements et la rapidité de leur mise en Å“uvre donnent de plus en plus le sentiment qu’ils sont subis plus qu’on ne les maà®trise. Pour les managers, la gestion, dans ce contexte, rend difficile l’anticipation, et la nécessité de naviguer à  vue en accueillant l’imprévu voire l’imprévisible devient une qualité incontournable dans le domaine du management.
Par ailleurs, les paradoxes dans les contraintes sont de plus en plus nombreux : accroà®tre la qualité tout en réduisant les délais, augmenter la compétitivité tout en réduisant les moyens et les coûts… Enfin, les messages transmis dans les organisations sont de plus en plus précis et pressants : plus de productivité, plus d’efficacité, plus de responsabilité, plus d’adaptabilité, plus d’autonomie, plus de rentabilité, plus de créativité, plus de réactivité. «Le rôle et la mission des dirigeants ont changé de façon radicale au fil des années et ce n’est pas par hasard si le mot leadership remplace de plus en plus le mot management dans le domaine de la formation des dirigeants», précise Slim Kabbaj, président d’IS Force, institut supérieur de formation et de coaching.

Si certains doutent encore de l’importance et de l’efficacité du développement personnel, d’autres en revanche en tirent tous les bénéfices. Ainsi, ce dirigeant d’entreprise qui a suivi des séances de coaching y a trouvé un moyen de développer de nouvelles compétences mais aussi une nouvelle manière de mettre de l’ordre dans ses priorités par rapport à  son statut de manager. «Grâce au coaching, j’ai pris conscience que je dois apporter à  mes collaborateurs davantage et que ma valeur ajoutée est celle de manager catalyseur et non de manager dirigiste. J’ai appris à  me détacher des objectifs quotidiens pour voir plus loin, tracer une stratégie pour moi et pour mes collaborateurs. Celle-ci consiste à  recruter, former et laisser libre choix aux collaborateurs pour qu’ils atteignent leurs objectifs par leurs propres moyens. Même sur le plan privé, j’ai appris à  utiliser la coach attitude avec mon entourage familial».

Face à  la hausse de la demande, les cabinets de formation de la place multiplient les programmes ou encore innovent en matière de démarche ou de parcours plus personnalisés. On trouve auprès d’eux une panoplie d’outils visant à  guider le manager jusqu’au stade ultime de l’excellence et de la performance. Créativité, empathie, gestion du stress, charisme, leadership, efficacité…, toutes les facettes de la personnalité sont observées à  la loupe. On utilise le media training pour corriger des difficultés de communication, renforcer son charisme ou encore la PNL pour développer de l’empathie.

Autre technique nouvellement proposée par les cabinets, celle de l’approche systémique. Elle a pour objectif de mieux gérer la complexité dans un environnement, de porter un regard global et rapide sur une problématique complexe, d’acquérir une méthode accessible et efficace ainsi que des outils solides pour manager et gérer les changements dans l’entreprise en élaborant les stratégies adéquates. Dans cette perspective, le coach doit aussi gérer trois sortes de complexité : la personnalité du coaché, de sa relation avec lui ainsi que de sa propre complexité.

Pour sa part, Deo compétences, l’un des premiers cabinets à  introduire la PNL au Maroc, a depuis quelques temps lancé de nouveaux programmes pour dirigeants et cadres. «Le développement personnel en soi n’est pas une finalité. L’important pour un manager est de transposer ce qu’il a appris dans son environnement professionnel», souligne Zineb Benabdejlil, DG du cabinet Deo Compétences.

Il faut également préciser que ces programmes de développement personnel, coûteux, ne sont pas à  la portée d’un simple cadre. Les managers qui les entreprennent le font souvent à  titre individuel pour acquérir de nouvelles compétences ou pour relancer leur carrière. Selon un DRH d’une multinationale de la place, «pour le moment, seul le team building connaà®t actuellement un succès auprès des entreprises. Très peu d’entre elles organisent des programmes personnalisés pour ses hauts cadres», précise la source.

Toutefois, il ne faut pas s’attendre à  ce que les résultats soient visibles dès le démarrage d’un programme de coaching, de PNL ou autre. La clé pour se développer, trouver le juste milieu, dans une voie propre à  chacun, pour mieux vivre, implique une ouverture aux autres et aussi une ouverture sur soi. C’est ce que l’on appelle l’introspection.