Le «petit jeune» en a marre !

J’ai intégré récemment une entreprise à  un poste assez important et il se trouve que je suis le plus jeune de l’équipe.
Alors, au début, si je trouvais cela assez drôle d’entendre mes confrères dire de moi «le petit jeune», aujourd’hui, cela m’énerve prodigieusement surtout que, même jeune, j’ai une certaine expérience, de très bons diplômes et tout ce que je propose (et j’ai de nombreuses idées très bonnes ) et pense n’est pas forcément à  jeter aux oubliettes du fait de mon jeune à¢ge !

Ce qui vous dérange finalement ce n’est pas que l’on vous traite de »jeune» mais que cela entache votre crédibilité !

Jeune et crédible

Alors quels sont les résultats que vous avez apportés à l’entreprise depuis votre arrivée ?
Quel est le bénéfice concret retiré ?
Quel est l’output visible ?
Croyez-moi, aujourd’hui plus que jamais, nous gagnons nos galons dans la vie professionnelle par les résultats que nous avons atteints mais aussi par notre mode de fonctionnement et à notre «empathie au travail». Alors, jeune ? Oui ! C’est un fait, mais bosseur !
Aussi travaillez votre argumentation, faites du terrain (si votre fonction s’y prête), préparez-vous avant de «monter sur le ring» pour être le plus percutant possible, mais n’oubliez pas vos gants !
Vous verrez qu’à très court terme, votre crédibilité sera jaugée à l’aune de vos résultats et non à votre âge : alors foncez !

Ecoutez avec humour !

Si vous voulez qu’on vous écoute : TAISEZ-VOUS !
Paradoxal ?
Non, en réalité plus nous nous mettons dans la position d’écouteurs et plus nous avons d’oreilles attentives lorsque c’est notre tour de prendre la parole.
Pourquoi ?
Eh bien, d’abord par simple «politesse» mais surtout parce que si vous m’avez vraiment écouté, cela signifie que ce que vous allez dire prendra en compte mon avis et donc vaut la peine AUSSI d’être écouté !
Considérez donc l’écoute comme un travail d’équipe, encouragez les autres à développer leurs idées et vous verrez qu’ils en feront de même quand ce sera votre tour !
Si vous montrez votre énervement lorsque l’on vous traite de «petit jeune», vous donnez une autre clé à votre interlocuteur : il SAIT qu’il peut vous impacter ! Aussi, adoptez de votre côté l’humour en montrant que vous avez su prendre de la hauteur par rapport à votre «spécificité», vous verrez que cela calmera certainement votre interlocuteur mais VOUS AUSSI !

Modestie et leadership

«Je peux pardonner beaucoup d’erreurs commises à l’aune de la jeunesse, mais le manque d’humilité, lui, est impardonnable». Cette phrase a été dite par un dirigeant d’une entreprise qui se plaignait de l’aspect prétentieux d’un jeune -très brillant- qui avait réussi l’exploit de faire l’unanimité contre lui en quelques semaines !
Aussi, assurez-vous que vos collègues n’ont pas confondu assurance de soi avec prétention.
En effet, vous le savez, l’étiquette collée aux «petits jeunes» comporte plusieurs «indications» comme prétentieux, voulant tout changer, dénigrant le passé, ne prenant pas de gants, avec une ambition démesurée…
Comment savoir si vous êtes dans ce cas ?
Posez la question tout simplement à une personne en qui vous avez confiance !
Ces questions de «pure vérité» et leurs réponses sont assez rares en effet, mais vous verrez que vous gagnerez beaucoup de temps si vous avez le courage de les formuler et l’humilité de les écouter !
Oscar Wilde l’a si joliment dit : «Je ne suis pas assez jeune pour tout savoir»