L’art de diriger, selon Robert Papin

Pour l’auteur de l’ouvrage, le succès d’un dirigeant repose très largement sur ses capacités de stratège, de meneur d’hommes et de gestionnaire financier. Le tome I de cette série de deux ouvrages est consacré au management et à la stratégie. Le deuxième tome traite de la gestion financière (nous y reviendrons dans une autre édition).
L’ouvrage est structuré en deux parties. La première est consacrée à la mobilisation des collaborateurs. L’auteur commence par poser une question : existe-t-il un bon style de management ? Et rappelle ainsi la théorie de la contingence : «Un style de commandement peut être efficace dans un environnement donné et inefficace dans un autre environnement». Autrement dit, «il n y a pas de style de management qui, par nature, soit meilleur que les autres… Le bon dirigeant est celui dont les méthodes de commandement sont cohérentes avec sa personnalité, avec les attentes de ses subordonnés et avec l’environnement dans lequel l’entreprise évolue».
L’auteur traite ensuite de la panoplie des compétences managériales nécessaire à une gestion efficace des hommes et ce en matière de communication, de négociation, de sélection et de recrutement des collaborateurs, de délégation et de contrôle… Chaque partie se termine par une note d’humour agréable à lire.
La deuxième partie de l’ouvrage traite des aspects liés à la stratégie d’entreprise. Pour l’auteur, «beaucoup de patrons adorent se battre contre les difficultés quotidiennes et finissent par consacrer le plus clair de leur temps à éteindre les incendies» et cite Yvon Gattaz, l’ancien président du Medef, pour qui «la seule chance de survie de ce type de dirigeants est l’incident de santé qui leur permettra de constater que leur affaire peut tourner sans eux, ce qui leur donnera enfin le temps de se pencher sur l’avenir». La suite de l’ouvrage est donc réservée à des méthodes et des démarches pour mieux se pencher sur cet avenir