L’Académie du Royaume du Maroc détaille son programme 2017-2018

Rencontres scientifiques et culturelles majeures, coopération internationale, hommage aux grandes figures de la pensée marocaine…, l’Académie du Royaume annonce les grandes lignes de son programme pour la saison 2017-2018.

Sous le signe de «L’Amérique latine comme horizon de pensée», l’institution académique inaugure son cycle de conférences thématiques et d’événements culturels encadrés par d’éminents hommes politiques, scientifiques et intellectuels, comme l’ancien président du Brésil, Fernando Collor De Mello, le président d’honneur de l’Académie royale des sciences morales et politiques d’Espagne, Marcelino Oreja Aguirre, et Carlos Antonio Carraso, ambassadeur de la Bolivie auprès de l’Unesco.

Toujours fidèle aux questions africaines, elle compte également organiser une manifestation culturelle baptisée «Les rendez-vous de l’histoire de l’Afrique», en collaboration avec l’Institut du Monde arabe, initiateur «des Rendez-vous de l’histoire du Monde arabe». Une série de rencontres et de journées scientifiques pour débattre de plusieurs sujets comme «Sijelmassa, la porte de l’Afrique» auxquels participeront plusieurs centres de recherche marocains, maghrébins, arabes, africains et internationaux sont au programme.

Une radioscopie des sciences humaines et sociales durant les 50 dernières années

Toujours dans le même cadre de débat, un symposium national autour des «Sciences humaines et sociales» est également prévu en 2018. L’objectif étant d’effectuer une radioscopie de ces sciences durant les 50 dernières années et leurs capacités à accompagner et analyser les évolutions et les changements de la société marocaine durant les cinq dernières décennies.

Dans le cadre de la coopération internationale, un projet de coopération est en cours d’étude avec le Centre international de recherches et d’initiatives pour le dialogue (CIRID) basé à Genève et qui octroie, depuis 2016, le Prix Macky Sall pour le dialogue en Afrique.

Enfin, une série de manifestations culturelles (concerts, spectacles…) sont également dans l’agenda de l’Académie avec une attention particulière pour le malhoun. Sur ce volet, l’Académie du Royaume envisage d’introduire une demande officielle pour l’inscription de cet art musical au patrimoine universel de l’UNESCO.
B.M.