La fonction RH est essentiellement centrée sur des tà¢ches administratives

Les DRH des multinationales accordent une plus grande priorité que ceux des entreprises nationales à  leur participation aux prises de décisions stratégiques et aux projets de développement de l’entreprise (63% contre 33%).

La fonction RH s’est certes professionnalisée au fil des années, a atteint un niveau de maturité notable en termes de professionnalisme des responsables, d’outils modernes au point même d’approcher les standards internationaux, mais force est de constater qu’elle est encore rarement perçue comme un interlocuteur privilégié de la direction générale. «Quand on interroge les DG sur l’importance de la fonction, elle est citée parmi les trois premières fonctions stratégiques. Ceci dit, un paradoxe persiste. Quand on leur pose la question sur les principales missions de la fonction, la moitié des dirigeants cite d’abord la gestion administrative, la paie, la conformité sociale ou les relations avec les partenaires sociaux. Ce paradoxe est dû pour l’essentiel à une appréhension de la fonction qui a encore peu intégrée ses évolutions stratégiques récentes», souligne Essaid Bellal.

L’enquête montre que les DRH sont totalement partie prenante dans la mise en place de nouveaux outils RH dans 57% des cas. Sinon ils sont partie prenante à 25% dans les recrutements, 24% dans les formations, 18% en ce qui concerne les relations avec les partenaires sociaux, 10% dans la création de poste et idem pour le remplacement de collaborateurs, 9% dans le licenciement et seulement 3% dans les augmentations annuelles. Sur ce dernier point, ils sont exclus de toutes les prises de décision dans 20% (le taux plus élevé des cas parmi les points analysés), mais reste associés dans 77% des cas.

L’analyse par nationalité (entreprises nationales vs multinationales) montre aussi que les DRH des entreprises locales sont globalement moins autonomes en matière de prise de décision finale que les DRH des entreprises multinationales. Ainsi, pour chaque sujet RH sur lesquels les DRH ont été interrogés, les DRH des multinationales sont en moyenne décisionnaires ou co-décisionnaires dans 60% des cas contre 51% dans les entreprises nationales.

La participation à la stratégie RH est hautement prioritaire pour 95% des DRH

Dans le même temps, les DRH affichent des préoccupations purement stratégiques. Ainsi, ils pensent que leur participation à la stratégie RH est hautement prioritaire à 95%. Viennent après l’élaboration de la stratégie RH (91%), la gestion des relations humaines (88%), la participation à la planification budgétaire de l’entité RH (84%), la participation à la restructuration (77%), le maintien du respect des règles et procédures (67%), la participation à la définition de la stratégie globale (63%), la participation à la prise de décision stratégique (61%), la contribution au processus budgétaire global (54%) ainsi que la participation aux nouveaux projets de développement (53%).

D’autre part, les DRH des multinationales accordent une plus grande priorité que ceux des entreprises nationales à leur participation aux prises de décisions stratégiques (66% contre 50% chez les nationales) et aux projets de développement de l’entreprise (63% contre 33%).

Ceci démontre l’importance de l’effort à consentir par les acteurs des entreprises nationales (DG et DRH) pour réellement allier leurs visions et pratiques afin de placer la fonction RH à un niveau stratégique.