La CGEM publie un guide sur la flexibilité responsable

Jamal Belahrach, «le guide a nécessité un travail de trois ans. Son objectif est d’apporter des solutions pour permettre une flexibilité tout en alliant compétitivité des entreprises et renforcement de l’employabilité des chercheurs d’emploi»

Après le guide des conventions collectives, la commission Emploi et relations sociales de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) vient de sortir un guide sur la flexibilité responsable au service de la compétitivité et de l’emploi.Destiné aux divers intervenants du monde du travail, ce guide pratique présente la vision de la CGEM pour créer un modèle de flexibilité responsable en phase avec les nouveaux enjeux de l’économie marocaine et les attentes des opérateurs économiques.

Jamal Belahrach, président de la commission Emploi et relations sociales, explique à ce sujet que «le guide a nécessité un travail de trois ans. Son objectif est d’apporter des solutions pour permettre une flexibilité tout en alliant compétitivité des entreprises et renforcement de l’employabilité des chercheurs d’emploi». Pour cela, il préconise d’avoir de nouveaux mécanismes souples, adaptés aux besoins des opérateurs économiques et permettant à des populations jusque-là écartées du marché du travail (primo demandeurs, personnes en situation de handicap,…) d’y accéder plus aisément.

Le guide vient renforcer les mécanismes existants

«Le contrat à durée indéterminée est trop rigide pour permettre aux entreprises d’être compétitives. C’est pourquoi l’idée d’un contrat de travail à temps partiel va permettre aux candidats de sortir de l’informel mais aussi aux entreprises de certains secteurs de mieux se structurer. En somme, la flexibilité responsable permet d’établir une relation professionnelle saine entre les entreprises et les candidats à l’emploi», ajoute-t-il. Ce modèle de flexibilité responsable vient s’ajouter aux autres réformes de fond réclamées par la CGEM pour créer les conditions de la compétitivité et donc de la création d’emploi, notamment les questions du coût du travail, de la réglementation de l’exercice du droit de grève, des amendements du code du travail…