L’à¢ge, un facteur de discrimination à  l’embauche

Des problèmes de reconversion ou de salaire sont souvent invoqués pour expliquer la mise à  l’écart des seniors, les jeunes sont victimes de leur manque d’expérience. Le Code du travail punit toute forme de discrimination, mais ne cite pas explicitement l’à¢ge parmi les éléments générateurs.

On ne le dit pas souvent, l’âge est la première forme de discrimination au travail. Les offres d’emploi sont édifiantes sur ce critère. Au-delà de 35 ans, les chances de trouver un poste s’amenuisent. Et ne parlons pas des quinquagénaires. Pour se dédouaner, certains employeurs invoquent les problèmes de reconversion et les prétentions salariales qui peuvent être trop élevées par rapport aux attentes des jeunes.
D’après une enquête récente de l’agence IFOP pour le compte du Bureau international du travail (BIT), la crise constituerait même un facteur aggravant de ces phénomènes de discrimination professionnelle pour 81% des salariés sondés. Ainsi, trois travailleurs sur dix disent en avoir été victimes au moins une fois (tous motifs confondus), et 34% affirment avoir été témoins, au moins une fois également, de tels faits, dans des proportions qui s’avèrent, d’ailleurs sensiblement égales entre le secteur privé (30%) et la fonction publique (29%).

Au Maroc, le Code du travail interdit bel et bien, dans son préambule, la discrimination en matieÌ€re d’emploi et de professions. Cependant, l’article 9 mentionne uniquement les cas fondés sur la race, la couleur, le sexe, le handicap, la situation conjugale, la religion, l’opinion politique, l’affiliation syndicale, l’ascendance nationale ou l’origine sociale.

L’expérience, décisive pour les postes de responsabilité

En tout cas, les entreprises disent privilégier l’équité dans leur méthode de recrutement, mais ce n’est pas toujours le cas. Il faut harceler un recruteur pour qu’il reconnaisse que l’âge peut constituer un handicap dans la sélection d’un candidat. Mais cette forme de ségrégation ne concerne pas uniquement les seniors. Des jeunes diplômés peuvent être également écartés de certains métiers ou postes de responsabilité. Dans la plupart des offres d’emploi, une expérience d’un certain nombre d’années est d’ailleurs exigée.«Plus on est appelé à constituer une interface avec un niveau d’exigence élevé, en plus de la compétence, plus l’âge est déterminant…», commente Houcine Berbou, consultant au sein du cabinet LMS ORH. Toujours est-il que la question à laquelle doit répondre tout recruteur est d’abord quel profil pour quel poste ? «L’âge peut être un élément du profil et non tout le profil», souligne
M. Berbou nB.H.