Khalid Derouan : Avec un nouveau patron, «Les premiers jours sont importants»

Khalid Derouan, Directeur financier et administratif dans une entreprise industrielle.

Comme dans une équipe de football, on est obligé de composer avec de nouveaux joueurs, un nouvel entraîneur, un nouvel actionnaire… Les méthodes de travail sont amenées à changer, les priorités du service peuvent évoluer et, par-dessus tout, il faut apprendre à composer avec une nouvelle personnalité. Si le nouveau est de la maison, il connaît donc les rouages et la transition se fait en principe rapidement. Par contre, une personne de l’extérieur vient souvent avec des a priori.

Les deux parties doivent apprendre à collaborer. Dans toute entreprise, il y a les attentes des collaborateurs, mais aussi les objectifs de l’organisation dont il faut tenir compte les premiers jours. Pour un nouveau manager qui débarque, l’idéal est de prendre le temps nécessaire pour cerner les attentes et les besoins des nouveaux collaborateurs, sans oublier les contraintes d’atteinte de ces objectifs. Il faut du temps pour mettre en commun une stratégie commune. Un manager ne doit jamais arriver avec l’idée de chambouler l’organisation, mais de l’améliorer. Le premier contact est important. S’il ne prend pas, c’est que la suite sera difficile. L’écoute est donc nécessaire.

Quand j’ai affaire à un nouveau manager, je n’ai pas de crainte particulière. Je me focalise plutôt sur cette période d’adaptation, qui est d’ailleurs sensible des deux côtés. Par exemple, comment va-t-il gérer les situations les plus difficiles ? Sera-t-il compréhensif et participatif dans la résolution des problèmes ou au contraire plus directif et autoritaire ?

Certes, chaque manager a son style. Mais qu’il soit participatif ou directif, l’essentiel pour moi est qu’il reste professionnel dans la façon de gérer les collaborateurs. Il peut toujours formuler des reproches en toute objectivité en évitant de tomber dans la vulgarité ou l’agressivité.

L’arrivée d’un nouveau manager ne doit pas pour autant impacter mon travail. Il est naturel que le nouveau manager imprime sa marque sur l’organisation de l’entreprise. C’est pourquoi j’essaie d’être une force de proposition en apportant des améliorations sur les process de travail tout en gardant en tête les objectifs de l’entreprise.
L’important est de toujours replacer les propositions dans le contexte, que ce soit la situation interne de l’entreprise ou la conjoncture.