Je vais remplacer une personne partie à  la retraite

Après une dizaine d’entretiens, j’ai fini par être retenue pour un job passionnant. Je vais donc remplacer une personne partie à  la retraite et gérer une équipe de 30 personnes dont la moyenne d’ancienneté avoisine les 15 ans. Je suis moi-même trentenaire et même si j’ai un parcours (académique et professionnel) assez bon, je me rends bien compte que cela ne va pas être facile. La personne que je remplace avait beaucoup de charisme, était vraiment très appréciée par son équipe et je me demande comment je vais être acceptée !

Vous allez marcher sur des œufs pendant quelques mois ! Et vous avez raison de réfléchir dès maintenant à ce nouveau job et à la manière de faire !  Aussi, vous avez bien raison d’être clairvoyant à ce sujet…

Habitudes et chocs des cultures

Lorsque vous intégrerez votre nouveau job, rappelez-vous chaque jour que «vous êtes le chef mais vous êtes aussi l’étranger». C’est donc à vous, en tout cas dans les premiers jours, de vous adapter à votre environnement. Et la première adaptation sera d’aller à la découverte des habitudes et autres routines mises en place depuis toutes ces années par votre équipe. Observez les rites du matin, les modes de conduite de réunion, la façon de communiquer entre eux…Et une fois votre observation suffisamment complète, alors évaluez les gaps. Car vous en aurez certainement. Ensuite, ce sera à vous de décider quelles habitudes vous devrez garder et quelles autres devront être oubliées. Evitez à tout prix les idées préconçues. On ne le répétera jamais, la capacité de s’adapter au changement, la flexibilité et l’innovation ne sont pas l’apanage des «jeunes», aussi, «ne jugez pas sur pièce», attendez de voir et de confirmer ce que vous aurez vu avant d’émettre un jugement sur votre équipe. Enfin, rappelez-vous que si vous craignez cette situation, il en va de même pour votre équipe qui ne vous connaît pas et ne sait pas de quoi sera fait son quotidien avec vous !

Votre meilleur allié

Votre meilleur allié c’est bien la personne que vous remplacez ! Aussi, rapprochez-vous de votre prédécesseur, passez un maximum de temps à dialoguer avec lui. Car, outre les documents, fichiers et dossiers qu’il vous remettra, les informations qu’il vous communiquera au détour d’un échange informel seront très précieuses. D’abord pour mieux le connaître «lui»â€ˆet donc connaître le style de management auquel son équipe s’est habituée. Mais au-delà de cela, le fait de vous intéresser à cette personne vous permettra de gagner des galons à son égard. «S’intéresser réellement à son interlocuteur» est la première marche qui mène au respect et ainsi à la coopération. Plus cette personne vous connaîtra et plus elle pourra vous épauler auprès de l’équipe pour bâtir votre crédibilité.

Identifiez le «Iznogood»

Dans votre contexte, l’«Iznogood» est cette personne qui pensait avoir VOTRE job ! Je ne dis pas que cela est systématique mais nous rencontrons très souvent ce type de situation. Aussi, à vous d’identifier cette personne. Elle peut être au sein de votre équipe ou dans une autre direction. Cette personne ne sera pas forcément votre alliée comme vous pouvez vous en douter. Identifiez donc cette personne rapidement car la quantité de vos insomnies dépendra -entre autres- de l’attitude que vous adopterez à son égard !
Rappelez-vous que le changement, si vous voulez réellement le réussir, doit se prescrire à dose homéopathique dans les premiers mois de votre arrivée. Fixez-vous un délai de 3 mois avant de changer quoi que ce soit, car le faire avant vous mènerait certainement à des erreurs !
Ne cherchez surtout pas à «copier» votre prédécesseur. Nous avons chacun notre style et c’est lorsque nous commençons à jouer un rôle qui n’est pas le nôtre que nous commençons à perdre en authenticité et donc en leadership. Enfin, ne cherchez surtout pas à «plaire à tout prix». Vous devez faire le job pour lequel vous avez été recrutée et c’est par les résultats que vous arriverez à obtenir, avec votre équipe, ce résultat !
A vous de jouer !