Internet au travail : Avis de Karim El Ibrahimi, DG du cabinet RMS Conseil

j’essaye de sensibiliser au maximum quand je vois que l’utilisation d’internet peut impacter la productivité des collaborateurs. Mais en aucun cas je ne vais jusqu’à licencier quelqu’un s’il en abuse

Karim-El-IbrahimiComme pour le téléphone ou autres outils de travail, internet est devenu indispensable dans le quotidien des entreprises. Toujours est-il qu’il reste également un voleur de temps qui nous empêche de rester concentrés sur notre travail. Il nous arrive de surfer plus qu’il ne faut sur internet pour voir ce qui se passe dans le monde.

Plus encore, avec la prolifération des réseaux sociaux, on est plus que jamais envahi par la technologie.

La multiplicité des accès et la généralisation de la messagerie entraînent souvent des abus de la part des employés : une messagerie qui regorge de mails personnels, un temps consacré à la consultation d’internet qui dépasse parfois l’acceptable, le téléchargement de logiciels qui peuvent nuire au système informatique de l’entreprise… C’est un coût conséquent, que ce soit sur le plan de la productivité ou de la rentabilité. Or, tout employeur doit être en mesure de s’assurer du bon usage d’internet en interne.

J’ai vu des cas où des dirigeants d’entreprise passent leur journée à gérer la communication sur le Net (blogs, forums…) au détriment du business de leur entreprise. Certaines finissent par y laisser des plumes.

A défaut d’une réglementation concrète, il y a des solutions à mettre en place pour limiter les abus. Par exemple, il est possible de bloquer la connexion au-delà des heures du travail parce qu’on constate souvent que certains employés restent au-delà de ces heures pour entretenir une correspondance ou surfer sur le web. Tout comme on peut se doter de quelques logiciels pour empêcher les accès à certains sites non recommandables…

Pour une petite structure comme la nôtre, bien évidemment les consultants et collaborateurs sont connectés à travers leur mobile mais en interne, l’accès aux réseaux sociaux est directement géré par l’équipe marketing. Une fois par semaine, l’un de nos responsables gère la communication institutionnelle, que ce soit sur Facebook ou LinkdIn, partage les informations concernant nos réalisations. Par exemple, nous avons relayé récemment l’information concernant la tenue de notre team building. Je trouve que cette initiative renforce l’image de notre cabinet auprès de nos partenaires.

Cependant, faut-il aller jusqu’au contrôle pour limiter certains abus ? Tout employeur a les moyens techniques de surveiller au caractère près ce qu’un salarié tape sur son clavier. Les outils se déclinent à l’infini. Il y a ceux qui limitent ou interdisent l’accès à certains sites, ceux qui chargent des personnes de scruter en permanence le réseau d’entreprise, ou encore ceux qui installent des logiciels pour restreindre certaines fonctionnalités…

Pour ma part, j’essaye de sensibiliser au maximum quand je vois que l’utilisation d’internet peut impacter la productivité des collaborateurs. Mais en aucun cas je ne vais jusqu’à licencier quelqu’un s’il en abuse.