Intérim : Avis de Zahir Lamrani, DG de Best Interim

Manutentionnaires, chauffeurs, techniciens spécialisés…, la main-d’Å“uvre qualifiée reste toujours demandée.

Les profils des candidats à l’intérim se sont largement diversifiés ces dernières années. Avant, les besoins des entreprises se limitaient à des standardistes, ouvriers, coursiers, chargés de clientèle, responsables paie…

Aujourd’hui, nous enregistrons de nouveaux besoins pour des profils d’infirmières, techniciens en génie civil, peintres carrosserie, office managers, techniciens topographes, dessinateurs ou soudeurs.

Ceci montre que l’industrie n’est plus le seul secteur concerné mais bien d’autres.
Chez les diplômés, on enregistre de plus en plus de demandes émanant des titulaires d’un bac+2, alors que les titulaires d’un bac+4 et plus sont au départ réticents à l’idée de faire de l’intérim. Mais quand l’entreprise de travail temporaire joue son rôle de sensibilisation et leur explique l’intérêt de la démarche et les avantages qu’elle procure, ils acceptent plus facilement.

De ce fait, l’intérim commence à prendre, surtout chez les jeunes qui sont à la recherche d’une première expérience. Cet intérêt s’explique par le fait que ce choix professionnel est un moyen pour étoffer aussi bien son CV que ses compétences et d’assumer de réelles responsabilités au sein de l’entreprise.

La tendance actuellement montre que la main-d’œuvre qualifiée reste toujours demandée : manutentionnaires, chauffeurs, techniciens spécialisés…

Avec l’offshoring, les ingénieurs télécoms et spécialistes en réseaux sont également sollicités. L’intérim n’est plus limité à des emplois précaires.
Par contre, les commerciaux sont plus difficiles à trouver car c’est la connotation CDD qui leur fait peur. Généralement, c’est une population qui prétend à des plans de carrière, et par conséquent veut de la stabilité. Du moins pour une bonne période.

Par contre, deux secteurs boudent encore l’intérim, il s’agit du textile-confection et du tourisme. Généralement, les entreprises de ces secteurs font appel à des étudiants d’écoles pour des missions de stage qui servent de période d’essai pour bon nombre d’entre eux.

Nous avons remarqué également une nouvelle tendance qui consiste à ce que les entreprises expriment le besoin d’avoir des intérimaires en CDI. Chose qui n’existe pas réellement. Pour les entreprises, cela reste une occasion pour ne pas avoir à supporter toutes les charges liées à la gestion des intérimairesn