Intégrer une équipe d’anciens

Je viens d’être recruté par une entreprise qui occupe une dizaine de personnes comptant 15 à  25 ans d’ancienneté. Je crains vraiment d’être rejeté par cette équipe car je n’ai pas le même profil et vu mes diplômes et mon à¢ge je m’attends au pire ! Je suis plutôt moderne, ouvert au changement, curieux mais je doute qu’il y aura des choses en commun avec mes nouveaux collègues !

Les défauts n’ont pas d’âge précis, et, croyez moi, j’ai dû rencontrer autant de jeunes personnes réfractaires au changement que de personnes plus âgées les plus incroyablement créatives et modernes !

Du temps et de l’honnêteté

Aussi, évitez de tomber dans ce piège et assurez-vous que vous ne préparez pas aujourd’hui le terreau propice à devenir vous-même un vieux routier psychorigide dans quelques années…

Intégrer une équipe prend du temps, et ce, quel que soit son profil.

La confiance ne s’installe pas en quelques jours, elle se gagne au rythme de nos engagements tenus et d’un apprentissage de l’autre au quotidien.
Vous devez vous dire que vous gagnerez vos galons avec de la patience et du mérite. Intégrer une équipe peut être un exercice très simple pour peu que vous soyez authentique et que vous sachiez être sain dans vos rapports
Mais pour cela, il va falloir que vous laissiez une chance à vos collègues et que vous vous débarrassiez de vos idées préconçues. Car partir avec une idée déjà négative avant même de démarrer n’est pas le meilleur moyen de réussir ensemble !

Comprendre

Si on passait plus de temps à écouter pour comprendre au lieu de juger, on gagnerait un temps précieux ! Malheureusement, ce n’est pas le cas, et nous omettons une chose très simple qui consiste à respecter notre interlocuteur pour ce qu’il est : une personne avec ses valeurs, ses croyances et son référentiel. Au contraire, nous interprétons chaque mot pour alimenter une croyance souvent fausse au demeurant. Certainement parce que cela nous rassure aussi : «Je suis dans le vrai et c’est lui qui est dans le faux !». C’est tellement plus confortable comme situation !
Maintenant, vous aurez sans doute aussi à gérer quelques collègues plus difficiles, mais la vie en entreprise est loin d’être un «long fleuve tranquille» et nous n’avons pas à nous entendre à 150% avec tous nos collègues.

Prenez et donnez le meilleur

Adoptez la seule démarche constructive qui consiste à jouer pour gagner et non pour perdre. Profitez de l’expérience de vos collègues, elle est précieuse et unique et ne peut que vous aider à enrichir vos compétences et à éviter de nombreuses erreurs. De l’autre côté, donnez, et faites-le humblement. Rien de plus exaspérant que les «je-sais-tout» qui nous étouffe par leur prétention et leur assurance. Sans parler des nouvelles recrues (et peu importe leur âge) qui se permettent au bout de quelques jours à peine d’analyser, de critiquer et de vouloir changer un système qu’ils ne maîtrisent pas !

Vous aurez certainement des surprises et vous vous rendrez compte que le bon sens de l’expérience est souvent bien plus efficace que le plus beau des tableaux Excel ! Et de l’autre côté, si votre état d’esprit est sain, vos nouveaux collègues seront ravis de s’ouvrir à un monde différent du leur et vous accueilleront comme vous vous serez comporté avec eux, c’est-à-dire avec respect.