Ils ont choisi des métiers qui répondent

Samira Rami,
responsable contrôle de gestion
«Je pense m’orienter vers les ressources humaines»
«J’ai toujours été passionnée par les métiers de contact. Avant de faire du contrôle de gestion, je suis passée par la gestion administrative dans une société d’intérim. J’avais tout le temps affaire aux salariés, à leurs problèmes quotidiens… Bref, j’étais constamment à leur écoute. Je me suis beaucoup enrichie de leurs expériences. Le passage au contrôle de gestion m’a également aidée à maîtriser les outils financiers et à mieux comprendre les rouages de la gestion d’entreprise. Cependant, je pense m’orienter vers les ressources humaines parce que c’est un métier «vivant» où l’on apprend constamment sur les personnes. A mon avis, on peut réussir dans n’importe quel métier. Il suffit d’avoir quelques notions de base, de se connaître soi-même ; le reste est une question de volonté.»

Karim El Moudden,
cadre financier
«Je ne savais pas quoi faire au début»
«Avec mon diplôme de gestion et plusieurs stages, j’avais toujours du mal à m’orienter sur le plan professionnel. Finance ? Commercial ? Communication ? Je n’avais pas d’idée très précise. Mon seul souci était de trouver un emploi. Avec le recul, je comprends qu’un tel choix ne mène nulle part parce que, dans ces conditions, je ne savais pas me vendre. Avec une première expérience, je me suis décidé à faire un bilan de compétences dans un cabinet de recrutement. Les résultats m’ont beaucoup aidé à trouver ma voie et à faire un métier proche de mes aptitudes et de mes aspirations. La quête d’un nouvel emploi a été plus que fructueuse. J’ai eu le choix entre trois propositions intéressantes et j’ai fini par opter pour les finances, un domaine dans lequel je suis mieux armé.
Le bilan de compétences m’a appris à mieux me présenter, à valoriser mon parcours professionnel, mes compétences et mon savoir-faire. Il est également intéressant car il permet de gagner en confiance.»

Mounia Kabbaj,
responsable marketing
«Mieux me connaître m’a permis de persévérer»
«Après avoir passé de nombreux entretiens d’embauche, je n’arrivais pas à trouver d’emploi dans la grande distribution. En faisant un bilan de compétences, je voulais répondre à deux questions : le marketing correspondait-il à mon profil, sinon vers quel autre métier m’orienterais-je ?
Le bilan m’a permis de confirmer mes aptitudes pour le marketing et aussi de découvrir des compétences que je sous-estimais. Mon choix était fondé, j’ai donc persévéré dans mes recherches et réussi à décrocher mon premier contrat dans une multinationale. J’ai compris par la même occasion qu’il n’y a pas de moment précis pour se remettre en question. Il est vrai qu’un bilan permet de réorienter une carrière, mais connaître ses aptitudes dès le départ est un atout pour avancer plus sereinement»