Il y a encore des efforts à  faire pour renforcer la parité dans l’entreprise

Avis de Aziz Taib, DRH de Stroc Industries.

Je pense qu’il est encore très tôt de parler de parité au Maroc. Le dernier rapport du Forum économique mondial montre que le Maroc est encore mal classé (127e sur 134 pays) sur la question de l’égalité. C’est une réalité, car ce classement démontre le faible rôle de la femme dans la participation à la vie économique du pays, le niveau d’éducation, l’accès à la sphère politique, l’accès aux soins…
Ceci dit, il existe des réalisations notables où la femme a pu jouir d’une bonne image.
Le renouveau de la législation sociale a constitué un changement qualitatif majeur, du fait de la mise en place de dispositions interdisant toute discrimination à l’égard des femmes, et introduisant d’autres relatives à l’égalité de chance, et à la protection de la femme.
Le code du travail a reconnu et intégré l’ensemble des conventions internationales interdisant toute discrimination au travail et obligeant l’employeur à la protection de la femme. Parmi les principales avancées, on notera une meilleure protection contre la pénibilité au travail, la protection de la maternité ou la protection contre toute sorte de discrimination.
Toujours est-il qu’elles tardent à franchir plus rapidement les paliers. Pour beaucoup, l’inégalité au sein de l’entreprise n’est que l’arbre qui cache la forêt. L’homme n’est pas encore prêt à partager son pouvoir avec les autres, encore moins avec les femmes.
Pour ce qui est de notre groupe, nous veillons au respect de tous les droits individuels des personnes. Il est vrai que le secteur de l’industrie est réputé masculin mais il nous arrive de recruter des ingénieurs femmes pour des postes techniques.
Elles sont payées au même titre que les hommes car il n’y a pas de politique salariale par genre. Au contraire, le salaire est en fonction du profil, qu’il soit homme ou femme, de sa formation, son expérience…Si un homme touche par exemple un million de DH annuel pour un poste de responsabilité et qu’il soit remplacé par une femme, celle-ci touchera le même salaire.
Il arrive d’avoir des femmes compétentes qui s’adaptent rapidement aux exigences du poste et, par conséquent, elles sont mieux payées que leurs homologues hommes.
Je pense que la meilleure façon de renforcer cette parité est de sensibiliser l’opinion publique sur le rôle de la femme dans la société, notamment via des rencontres, forums, et par la même occasion renforcer le dispositif juridique si c’est nécessaire.
Il ne faut pas oublier les écoles, universités et autres établissements de formation
Même l’orientation scolaire et professionnelle joue un rôle important dans la constitution du vivier. Il y a ensuite des stéréotypes sur les compétences supposées des femmes, et leur adéquation aux métiers de l’entreprise. Les femmes sont cantonnées dans des parcours qui les empêchent d’accéder aux postes de haut management.