Hôtellerie : Questions à  Larbi Bencheikh, DG de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail

«Pour les différentes filières touristiques et hôtelières, on est passé de 1 206 stagiaires en 2001 à  27 300 en 2014»

Quel est le dispositif de formation mis en place par l’OFPPT dans le domaine de l’hôtellerie-restauration ?

De par sa mission de qualification des ressources humaines, l’OFPPT est naturellement acteur de la concrétisation des différents programmes de développement du secteur du tourisme : Plan Azur et le Contrat RH 2008, Vision 2020…
L’office accompagne depuis plusieurs années la dynamique que connaît le secteur de l’hôtellerie/tourisme, à travers la création de nombreux établissements et de plusieurs filières, couvrant différents niveaux de formation (technicien spécialisé, technicien et qualification), en plus de la formation qualifiante, et ce, en réponse aux besoins des professionnels : hôteliers, restaurateurs, agences de voyages…
Afin d’assurer un accompagnement de proximité et la couverture de l’ensemble des corps de métier du secteur, l’OFPPT dispose actuellement d’un réseau de 63 établissements dont 17 instituts sectoriels. De nouveaux établissements sont en projet à Dakhla, Oujda, Tanger et Témara. Ce renforcement du dispositif a permis à l’OFPPT d’augmenter considérablement les effectifs en formation. Ainsi, le nombre de stagiaires des différentes filières touristiques et hôtelières est passé de 1 206 en 2001-2002 à 27 300 en 2014-2015, soit une évolution de plus de 2160%.

Répond-il aux attentes des professionnels du tourisme?

L’OFPPT a depuis toujours été considéré comme un acteur majeur au service des professionnels de l’hôtellerie/tourisme. En effet, l’implication des professionnels du secteur (CNT, FNIH) dans le process de formation a conduit, entre autres, à :
• la dotation des Régions à fort potentiel touristique de structures de formation dédiées, sur la base d’études d’opportunité et de faisabilité pour la création d’établissements de formation ;
• la mise en place d’une structure de veille et d’ingénierie, à travers la création d’un Centre de développement des compétences (CDC) à Marrakech dédié au secteur ;
• la participation active de l’institution à la Stratégie nationale pour le tourisme en accompagnement des Visions 2010 et 2020, le Contrat RH 2008-2012… Ce qui a permis à l’OFPPT d’étoffer son dispositif de formation en créant des établissements à proximité des stations balnéaires (M’Diq, Essaouira, Haouzia, Agadir, Al Hoceima), en plus des villes de Béni Mellal et Meknès.
Des conventions partenariales ont été signées avec les professionnels, en vue de développer une offre de formation professionnelle adaptée aux besoins du secteur et d’assurer leur implication active aussi bien dans le montage et le pilotage que la gestion du dispositif de formation dédié au secteur, notamment à travers la cogestion des établissements sectoriels.
En retour, les professionnels garantissent la mobilisation des entreprises du secteur pour garantir la visibilité sur les besoins en personnel qualifié et participer activement à la validation des programmes de formation, la sélection des candidats à la formation et l’évaluation des formations dispensées et promouvoir et organiser la formation professionnelle alternée, en relation avec le dispositif de formation.

Quelles sont les formations privilégiées actuellement ?

En termes de demandes, ce sont les filières de l’accueil et de l’information, de la gestion hôtelière, la cuisine, la boulangerie-pâtisserie… qui enregistrent les demandes les plus élevées.
Je voudrais relever que le secteur du tourisme affiche un taux d’insertion moyen de 82%, selon la dernière enquête menée par l’OFPPT, avec des pointes à 100% pour «réception d’hôtel» ou «restauration». Ce sont des taux satisfaisants, qui reflètent l’adéquation entre les besoins des professionnels et l’offre de formation assurée par l’OFPPT.