Ghita Mseffer : «Le bien-être est une quête permanente de recherche d’équilibre»

Ghita Mseffer, Psychologue.

Avant de parler de bien-être, je reviens sur la notion de souffrance au travail qui me paraît un élément important et qui sévit davantage. Le constat est simple, nous sommes dans un environnement de concurrence et de survie économique qui a introduit un climat d’incertitude où chacun cherche à tout prix sa survie, où tous les moyens sont bons pour atteindre cet objectif : disqualification, menaces de licenciement, licenciement.
Des méthodes cruelles et discriminatoires sont utilisées pour exclure celles et ceux qui ne sont plus jugés aptes, qui ne conviennent plus.
De ce fait, les individus sont dans le désarroi.

On a bien vu que les conséquences peuvent être désastreuses. Cela peut aller jusqu’à des dépressions affichées ou masquées.
Je trouve que ce mal-être trouve son origine dans le manque d’organisation et les mauvais rapports sociaux. Le grand perdant dans l’affaire, c’est l’entreprise. Parfois même, des «faux problèmes» sont source de beaucoup de tensions. Pour moi, c’est une question de rapports de management avant tout.

Toutefois, je précise que les entreprises au Maroc ne restent pas les bras croisés.
Elles recourent de plus en plus à des enquêtes de climat social pour sonder les avis des uns et des autres, procèdent à des actions de team building pour favoriser la cohésion d’équipe, organisent des séminaires sur la thématique de la confiance en soi ou la conciliation entre vie privée et vie professionnelle…tout cela pour le bien-être des individus. Ce sont des actions étalées sur le temps. Il ne faut pas oublier que le bien-être est un état d’esprit avant tout. C’est une quête permanente de recherche d’équilibre sur le plan psychologique.