Gestion des risques : Avis de Mohammed El Yousfi, DG du cabinet LMM QSE

« La sécurité n’est plus un luxe, mais une nécessité ».

Aujourd’hui, la notion de sécurité au travail englobe aussi bien l’aspect santé que sécuritaire. Incendie, explosion, accidents de travail, maladies professionnelles, les risques physiques pèsent autant que les risques de marché, informatiques, financiers ou autres dans la vie des entreprises. Ce n’est plus un luxe mais une nécessité. Malheureusement, les entreprises continuent à se préoccuper plus de la sécurisation des données et installations que des personnes. A l’instar des entreprises industrielles, tout milieu de travail est confronté à deux grands risques majeurs, à savoir les accidents de travail et les risques majeurs liés aux installations qui peuvent nuire à l’environnement interne ou externe.

Les accidents de travail constituent sans aucun doute l’un des postes les plus onéreux pour l’entreprise. A l’origine de cette situation, l’insuffisance des moyens de prévention et de sensibilisation sur les risques encourus au sein des entreprises. Peu de sociétés ont recours à la prévention. Pour l’encourager, les compagnies d’assurance accordent annuellement une participation aux bénéfices dégagés sur une période biennale. C’est le même principe qui est appliqué pour récompenser les bons conducteurs. Les bonifications peuvent ainsi être réinvesties pour améliorer les conditions de travail ou réduire les coûts économiques par exemple.

J’ajoute également que les pratiques sécuritaires doivent être réglementées à travers la sensibilisation de tout le personnel de l’entreprise. Parmi les bonnes pratiques que j’ai pu constater au sein des entreprises, il existe le cas de Lafarge Maroc qui a intégré la démarche QSE dans son système de management. Pour vous dire, tous les partenaires du groupe sont sensibilisés et formés aux aspects liés à la santé et sécurité. Je peux citer également l’exemple de la Cosumar qui incite aussi bien ses visiteurs, clients, fournisseurs…à respecter scrupuleusement les règles sécuritaires lorsqu’ils rentrent dans leurs locaux. Dans tous les secteurs où les risques sont nombreux, un système de réglementation interne doit prévoir des sanctions qui peuvent aller jusqu’au licenciement en cas de manquement grave aux consignes de sécurité. Il faut des actes forts pour inciter tout le personnel à être constamment vigilant. Encore faut-il que les managers prennent conscience des dangers.

Parmi les bonnes pratiques en matière de santé et sécurité du travail, il existe une norme, à savoir la OHSAS qui fournit les directives des systèmes de management de la santé et sécurité au travail.
Ces directives expliquent comment elles peuvent être intégrées dans un système de management global, et ce, dans le but de réduire le plus possible les risques pour les employés, de prévoir les circonstances pouvant provoquer les accidents de travail ou maladies professionnelles mais aussi d’aider les entreprises à instaurer une image responsable. Malheureusement, peu d’entreprises sont sensibilisées à ce genre de normes. De même, en matière de prévention contre les risques liés à l’environnement du travail, les pratiques relatives à la sécurité doivent être réglementées par un système interne consistant à inciter le personnel à être constamment vigilant et à réprimander toute personne qui néglige les consignes. Les sanctions peuvent aller jusqu’au licenciement s’il s’avère que les actes de négligence sont répétitifs.