Formations courtes : Avis Doha Benjelloun, DG de Proatech, cabinet spécialisé en e-learning

Les formations courtes sont très utiles pour les savoirs tranverses comme les langues.

D’une façon générale, dans un environnement hyper-compétitif et à l’heure du numérique, les métiers changent à grande vitesse et la formation continue s’impose. Ce constat est d’autant plus vrai que l’entreprise opère dans l’économie numérique. Le métier change en continu : il y a de nouvelles technologies, de nouvelles tendances qu’il faut absolument connaître, voire anticiper et finalement former les personnes clés en conséquence. Et cela ne peut se faire que si on est toujours à jour et à la pointe. Grâce à internet et au e-learning plus particulièrement, nous n’avons plus besoin d’aller chercher le savoir-faire aux quatre coins du monde ou attendre qu’il arrive après plusieurs mois, voire des années chez nous. Nous pouvons très rapidement nous inscrire à des sessions de formation en ligne et même obtenir des certificats délivrés par les plus grandes universités internationales, comme c’est le cas pour les plateformes MOOC (Coorsera ou Edx).

Les formations courtes sont également très utiles pour les savoirs transverses, notamment les langues, la bureautique, le savoir-être… et peuvent donner lieu à des certifications.

D’un autre côté, le diplôme ne revêt plus la même importance qu’avant en raison de l’obsolescence rapide des compétences. En tant que recruteur, nous recherchons d’abord des profils ayant des compétences applicables sur le lieu de travail. C’est pour cela que les formations continues suivies par le candidat sont déterminantes sur un CV surtout si elles sont couronnées par des certifications reconnues.

D’ailleurs, en tant que société spécialisée en e-learning, nous contribuons à plusieurs projets qui visent à améliorer l’employabilité des jeunes à travers un ciblage précis des compétences transverses nécessaires à une bonne insertion professionnelle. Cela inclut les compétences comportementales, digitales et linguistiques. Ces formations font toute la différence pour les jeunes demandeurs d’emploi parce qu’elles sont actualisées, pratiques et surtout plus individualisées car chacun a la possibilité de suivre ce qui est conforme à son niveau et ses objectifs.

Quant au choix de la formation, il faut le faire entre formations qualifiantes et certifiantes tout d’abord, selon que l’on veut simplement acquérir une compétence ou pouvoir la justifier auprès d’un éventuel employeur. Ensuite, il est important de pouvoir évaluer son niveau de compétence avant et après pour s’assurer de la bonne acquisition des compétences au cours de la formation.