Formation professionnelle : Avis de Meriem Idrissi Kaitouni, Directrice du pôle capital humain du groupe Crédit Agricole du Maroc

Nous sommes également intéressés par la formation en médiation pour la simple raison que les conflits individuels et la montée des risques psychosociaux sont coûteux pour une entreprise. La fonction RH peut être sollicitée pour résoudre les conflits et anticiper les tensions tant individuelles que collectives

Il est vrai qu’avec le lancement de notre académie, nous développons une multitude de formations. En plus des modules classiques liés aux métiers bancaires (chef d’agence, chef d’opérations bancaires, chargé de clientèle…), nous nous sommes orientés vers des cursus de développement personnel dont l’importance n’est plus à démontrer.

Nous avons mis en place un module «manager coach» qui nous semble de plus en plus important à développer dans notre groupe. Aujourd’hui, à l’heure de la polyvalence, des équipes projet, de l’autonomie croissante, de la gestion par compétences et de la gestion des profils de carrières, il est important que les managers adoptent la posture de manager coach qui va leur permettre de mieux gérer les relations interpersonnelles en entreprise.

Nous sommes également intéressés par la formation en médiation pour la simple raison que les conflits individuels et la montée des risques psychosociaux sont coûteux pour une entreprise. La fonction RH peut être sollicitée pour résoudre les conflits et anticiper les tensions tant individuelles que collectives. En se positionnant comme facilitateur de la qualité relationnelle, la médiation permet d’inscrire  volontairement les rapports humains dans la durée et préserve ainsi le climat social et la sérénité de l’entreprise.

D’un autre côté, nous encourageons de plus en plus des formations diplômantes, et ce, dans toutes les spécialités: marketing, finance, management stratégique, management RH, logistique… Le nouveau dans l’affaire est que la cible prioritaire pour nous est le middle management. Rien ne sert de renforcer les compétences des managers si les cadres intermédiaires ne sont pas aussi performants.
Nous incitons également à ce que la plupart des formations se fassent en out-door pour que les collaborateurs soient motivés, se retrouvent pour certains, se connaissent pour d’autres, pour raconter leur propre expérience, discuter des spécificités régionales…

De manière générale, il faut admettre que les cabinets de la place commencent à proposer des formations intéressantes qui répondent aux exigences des entreprises dont les problématiques sont orientées métiers.