Formation : Avis de Sidi Ahmed El Baqqaly, président du Giac Agro alimentaire

Beaucoup d’entreprises ne profitent pas des subventions.

Le GIAC Agroalimentaire est une association créée par huit associations professionnelles en 2002 avec pour principal objectif d’accompagner les industriels du secteur agroalimentaire dans leurs projets de développement en les aidant à définir leurs propres stratégies, les moyens opérationnels et les besoins en compétences nécessaires pour la mise en œuvre de cette stratégie. Il a aussi pour objet la promotion de la formation en cours d’emploi auprès de ses adhérents, en les aidant à définir leur besoin en formation.
Le GIAC comprend des membres de droit qui sont les associations et les fédérations professionnelles fondatrices et des membres adhérents qui sont les associations, les fédérations et les entreprises ayant adhéré au GIAC après sa constitution. A ce jour, 330 entreprises et 16 associations et fédérations ont adhéré au GIAC Agro.

Bien évidemment, un effort particulier est fait sur le volet communication. Par exemple en 2014, nous avons organisé 18 séminaires en collaboration avec l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSA Rabat), l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE ) Agadir, la Fédération nationale de l’agroalimentaire (Fenagri) Casa, l’Association marocaine de la production et de l’industrie du sel (AMPIS Casa), l’Association marocaine des intolérants et allergiques au gluten (Amiag Casa)  et bien d’autres mais aussi dans les salons comme le Salon international de la filière des fruits et légumes (Sifel).

Généralement, nos actions portent sur l’information et la sensibilisation à la formation en cours d’emploi au profit des organisations, des Chambres professionnelles et des entreprises, en particulier des petites et moyennes entreprises ; des  études et le conseil pour la définition d’une stratégie de développement des entreprises et des branches professionnelles et des besoins en formation en cours d’emploi qui en découlent  ainsi que l’ingénierie des plans de formation en cours d’emploi, qui comprend le diagnostic des besoins en formation et l’élaboration des plans de formation qui en découlent.
En ce qui concerne les réalisations, nous avons enregistré 430 études financées et 800 études approuvées dans le cadre de l’ingénierie de formation en interne dans l’entreprise.

Il est vrai qu’il existe un gros potentiel sur ce volet car beaucoup d’entreprises qui opèrent dans différentes branches d’activité sont exonérées de la taxe de formation professionnelle et donc ne profitent pas des subventions.
J’espère aussi que dans le cadre du Plan Maroc Vert, on pourra ouvrir des brèches pour que les entreprises puissent intégrer la formation ne serait-ce que dans le domaine sanitaire par exemple ou encore l’alphabétisation.
De même que la réforme des contrats spéciaux de formation vont être bénéfiques aux entreprises, notamment l’augmentation du plafond de remboursement des études sectorielles  qui passe de 100 000 à 1 MDH, l’instauration de la procédure du tiers payant pour le remboursement des études, la clarification des critères d’éligibilité des organismes de conseil et de formation, l’amélioration du système de financement des études sectorielles par l’introduction d’un organe qui accompagnera le GIAC dans toutes les étapes de l’étude sectorielle (Association crée par la CGEM) et donc un bon suivi et une très bonne initiative de la part de la CGEM pour garantir la transparence…