Fonction RH : Avis de Mohamed Chahad, DG de Bricoma

« Le vrai défi pour une entreprise, c’est la valorisation de son capital humain ».

Notre groupe s’est développé rapidement durant ces dernières années. Nous gérons actuellement plus de sept magasins à travers le pays et notre effectif s’établit à près de 500 personnes sans compter les prochains recrutements.

Nous avons démarré par un service personnel que nous avons développé par la suite pour englober d’autres tâches liées à la gestion du personnel. Maintenant, nous sommes dans une phase où nous structurons notre département RH que nous comptons développer davantage à travers la mise en place d’outils comme la formation et la gestion des carrières.

Nous sommes dans l’obligation de structurer notre fonction RH pour plusieurs raisons.

D’abord parce que dans notre domaine, nous avons affaire à plusieurs métiers : décoration, électricité, peinture… Nos collaborateurs doivent de ce fait avoir plusieurs facettes pour pouvoir assister et orienter les clients sur leurs différents besoins. Et donc, ils ont besoin d’être formés sur ces aspects. Pour moi, les compétences des collaborateurs sont devenues un élément-clé de différenciation concurrentielle. Le rôle de la fonction RH est donc d’anticiper et de développer les compétences et les emplois de l’entreprise en fonction des enjeux du business.
Pour atteindre ces objectifs, nous devons impulser des changements d’organisation, de méthodes, d’habitudes…, sur lesquels nous souhaitons fédérer les équipes. Le rôle des RH est alors d’accompagner ces changements, d’imaginer des politiques innovantes pour attirer et mobiliser les collaborateurs.

De plus, le vrai défi pour une entreprise, c’est la valorisation de son capital humain. Sans stratégie RH et sans accompagnement des collaborateurs, il n’y a pas de place à la performance.

Aujourd’hui, l’implication et la motivation sont importantes pour pouvoir avancer. Dans tous les cas, le manager ne peut jamais être totalement mis hors de cause, puisque parmi ses multiples responsabilités figurent en tête de liste l’écoute de son équipe, la résolution des conflits, la motivation et enfin l’instauration d’un climat de travail favorable à l’épanouissement individuel.

J’ai toujours pour devise de revenir aux fondamentaux, c’est-à-dire essayer de jauger le moral des effectifs à travers des rencontres périodiques. Je trouve que les gens ont souvent besoin d’éclaircissement sur des sujets déterminés, parfois sur des questions basiques. Personnellement, je tiens une relation de proximité avec mes collaborateurs. Il n’y a pas de barrière pour que chacun puisse être écouté, responsabilisé et motivé.