Etre salarié et entrepreneur : comment concilier les deux ?

Cumuler deux fonctions c’est possible, à  condition de respecter les clauses du contrat de travail. L’employé est avant tout tenu à  un principe de loyauté envers son employeur.

Etre employé et entrepreneur est un moyen de plus en plus utilisé par des salariés en vue d’obtenir non seulement des revenus supplémentaires mais aussi de développer des activités en parallèle : des cadres RH qui sont amenés à conduire des missions d’audit ou organiser des actions de formation pour le compte d’autres entreprises ou encore des stratèges en marketing qui proposent leurs services à d’autres compagnies dans le cadre de lancements de nouveaux produits ou tout simplement certains qui sont tentés de lancer un petit commerce en parallèle de leur activité principale.
Dès lors, plusieurs conditions se posent quand on mène une double activité. D’abord, comme le précise Brahim Atrouch, expert en droit social, «l’employé est tenu à un principe de loyauté envers son employeur, à savoir qu’il ne doit pas lui faire concurrence avec sa nouvelle activité».

Le statut de l’auto-entrepreneur rendra la création d’entreprise plus accessible

De ce fait, le salarié doit vérifier s’il existe une clause d’exclusivité et/ou une clause de non-concurrence dans son contrat de travail. Une clause d’exclusivité interdit au salarié d’exercer n’importe quelle autre activité professionnelle pendant toute la durée de son contrat de travail. De même que la clause de non-concurrence interdit au salarié d’exercer une quelconque activité portant atteinte aux intérêts de son ancien employeur après la rupture du contrat de travail. Elle est néanmoins soumise à plusieurs conditions pour être valable. «Rien n’empêche aussi l’entreprise de permettre à son employé d’exercer une autre activité même en cas de clause insérée. Il suffit d’établir un écrit qui protège les deux parties», souligne la même source.

Ensuite, comme dans n’importe quel statut d’entrepreneur, le salarié/entrepreneur a également des obligations sur le plan fiscal : Impôt sur le revenu, TVA, CNSS…, toute personne est tenue par ces obligations légales.
Avec la promesse du statut de l’auto-entrepreneur en 2015, beaucoup de salariés seront amenés à sauter le pas. Car, rappelons-le, le statut donne l’avantage de rendre la création d’entreprise plus accessible et donc supprime le frein psychologique. Après tout, c’est le fait de tester une idée qui peut potentiellement devenir une activité entrepreneuriale à plein temps. Car être auto-entrepreneur, c’est entreprendre sans risques et sans frais.